Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Espagnol Français

Question 

Cher Père, 

Je voudrais savoir ce que vous pensez de la requête de Jésus de les pardonner parce qu’ils ne savaient pas ce qu’ils étaient en train de faire.

Au delà de sa volonté de nous enseigner toujours à pardonner ceux qui nous font du mal, ma question est la suivante : à ce moment-là, est-ce que Jésus était en train de demander pardon pour les militaires romains qui matériellement le clouaient ou il parlait aussi des Grands Prêtres, qui étaient présents et avaient précisément et obsessionnellement voulu sa morte ? 

Si Jésus à ce moment-là demandait au Père de les pardonner parce qu’il disait qu’ils n’étaient pas conscients, alors est-ce que je dois en déduire que les Grands Prêtres n’en avaient pas conscience ?

Je m’excuse pour avoir étée embrouillant mais j’espère que le concept soit clair.

Je vous remercie à l’avance pour votre réponse.

Loué soit Jésus Christ.


Réponse du prêtre

Très cher, 

  1. La première chose que je veux souligner est la suivante: dans sa prédication, Jésus a enseigné avec les mots : < Priez pour vos persécuteurs  > (Mt 5,44).

Maintenant sur la croix il l’enseigne concrètement.

  1. Mais voyons voir la question précise.

Ceux pour lesquels Jésus demande pardon sont: les soldats ou aussi ceux qui ont commandé les soldats ?

Le bibliste dominicain Benedetto Prete écrit : < Certes, on doit donner beaucoup d’importance au pronom, en effet l’évangéliste ne pense pas aux soldats romains qui ont suivi matériellement la condamne à mort de Jésus mais il pense et il se réfère aux Grands Prêtre, aux chefs et à ce partie-là du peuple, lesquels ont extorqué à Pilate la condamne capitale de Jésus > ( La passion et la morte de Jésus dans le conte de Luca, II, p.67) .

  1. Le domenicain dit encore : < à ce point il est nécessaire de préciser le sens de l’expression: < …parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font >, laquelle peut être ambiguë.

Certes, ces mots de Jésus mourant n’équivalent pas à une déclaration d’innocence de ceux qui ont voulu sa crucifixion et ils ne veulent pas signifier que la crucifixion fut un erreur. 

… L’évangéliste ( … ) souligne deux données: d’une partie il souligne la culpabilité des juifs pour la mort de Jésus et de l’autre il affirme que les juifs, en crucifiant le Salvateur, ne savaient pas ce qu’ils étaient en train de faire ( cf. Lc 23, 34 ; At 3,17; 13,27) .

Ces deux données ne sont pas contradictoires mais ils considèrent deux aspects différents du même fait: sur le plan historique et objectif des événements les juifs se sont rendus coupable de la morte de Jèses à cause de leur fausse accusations et pour leur pression et intimidation sur le Pilate (cf. Lc. 24,20) ; sur le plan théologique, la passion et la mort de Jésus est comprise dans le plan mystérieux du salut voulu par Dieu et pas compris par les hommes; pour ce qui concerne ce plan nous pouvons affirmer que tous ceux qui ont voulu la passion et la mort de Jésus ne savaient pas ce qu’ils étaient en train de faire (Ib., pp. 67-68 ) >.

  1. Et il ajoute : < nous insistons sur cette prospective duplice de Luca ; d’une partie, il considère les juifs historiquement coupables de la mort de Jésus ; de l’autre il affirme leur ignorance sur le plan divine du salut qui impliquait la passion et la mort de Jésus, choses qu’ils et les disciples ne savaient pas ( cf. Lc 18,34 ; 24, 25-27 ). En effet l’évangéliste, quand il parle de l’ignorance des juifs à propos de la condamne à mort de Jésus (cf. Atti 3,17 ; 13,27), affirme aussi qu’avec ce mort ce qui avait été prédit par les prophètes s’est accompli ( cf. At 3,18; 13,29 ) ( Ib., p. 68 ).
  1. Tout ce que Père Benedetto dit est vrai. 

Mais il faut ajouter que nous sommes les vrais mandants des Grands prêtres et des chefs du peuple, avec nos péchés. 

Nous sommes ceux qui ne savent pas ce que nous faisons avec nos péchés.

En effet nous continuons à crucifier le Seigneur, comme la lettre aux Juifs nous rappelle : < ils crucifient à nouveau le Fils de Dieu et ils l’exposent à l’infamie > ( Eb 6,6 ).

  1. Pour cela B. pasteur annote justement : < Néanmoins pour être plus précis ; le pronom vaut pour tous les pêcheurs ; en effet certaines expressions de Luca suggère ceci. L’évangeliste désigne les cucifieurs de Jésus comme < pécheurs > ( Lc 24,7 ) ou il les indique comme < transgresseurs > ( At 2,23) ; en outre les deux personnes crucifiées avec Jésus sont appelées malfaiteurs ( Lc 23,33 ) ; maintenant Jésus veut prier pour tous ceux qui sont des pêcheurs, transgresseurs et malfaiteurs, en leur assurant le pardon de Dieu > ( Ib., p.69 ).
  1. À condition qu’ils se repentent.

En effet Saint Giovanni Crisostomo écrit : < maintenant il dit : s’ils se repentent, pardonne-les. En effet il est favorable à ceux qui se repentent s’ils sont disposés, après tant de méchanceté, à laver ses péchés avec la foi >.

Et voilà l’interprétation commune au Moyen Âge : < Mais à propos de ceux qui après la crucifixion restent incrédules, personne ne doit pas les excuser pour leur ignorance, parce que les signes et les miracles proclamaient à grand voix qu’il était Dieu >. 

Je vous souhaite bonne chance, je vous rappelle au Seigneur et je vous bénis.

Père Angelo


Traduit par Sara Musarra Pizzo