Mgr Père, bonjour.

Je suis un jeune homme qui, lorsqu’il le peut, essaie d’assister à la messe même les jours de semaine (parfois j’y vais trois jours de suite) ; cependant, cela n’est pas compris/accepté par mes parents qui n’écoutent pas mes raisons (“il me semble que c’est normal et que j’y vais sereinement et joyeusement”, “c’est mon libre choix” ou “c’est le devoir d’une personne fidèle d’assister à la messe”) et souvent, surtout au cours de l’année écoulée, ils se mettent en colère et m’accusent de rigidité ou de sectarisme.

Il arrive donc lorsque ils me demandent “es-tu allé à la messe aujourd’hui ?”, je réponde négativement, afin d’éviter le fardeau d’avoir à gérer de longues discussions : est-ce que je me trompe dans mon devoir de témoigner de la Foi ? Ai-je honte de notre Seigneur ?

Cependant, je commnce à voir une lente transition de leur coté, du rancœur ennuyeux à une curiosité de plus en plus légère, quand ils me demandent une justification….

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués.


Très cher,

1. bien que cela puisse paraître étrange à certains, la participation quotidienne à l’Eucharistie est néanmoins une chose tout à fait naturelle.

Tout comme on nourrit le corps tous les jours, ceux qui ont pris l’habitude de nourrir leur âme avec Dieu ressentent la nécessité de participer à la messe autant que possible, même au quotidien.

2. Pour ceux qui considèrent la religion comme un simple ensemble d’obligations, parmi lesquelles figure également la participation à la messe le dimanche et les jours de fête, la participation quotidienne est incompréhensible et pourrait être ue raison de discussion dans la famille.

3. Grâce à Dieu, il y a beaucoup de jeunes qui, ces derniers temps, ont commencé à assister à la messe tous les jours.

C’est ce que je vois dans notre Église, surtout ces derniers mois.

Je serais heureux si c’était un phénomène universel.

4. Je ne vais pas citer les motivations de saint Thomas, de saint François (qui n’était pas prêtre) ou de Pier Giorgio Frassati sur l’Eucharistie quotidienne.

Je me limiterai à présenter le beau témoignage d’un jeune homme, Carlo Acutis, qui est mort à l’âge de 15 ans en 2006.

Dès son plus jeune âge, il était attiré par la messe.

5. Sa tante raconte : “Il m’a demandé de l’emmener à la messe, parce que quand il y avait “cette chose là”, il y avait beaucoup de paix.

Il a senti quelque chose de beau et il a vu que les gens devenaient meilleurs, comme s’ils changeaient pour le mieux.

C’était les mêmes personnes que lui, un enfant joyeux, rencontrait dans la rue et qu’il saluait toujours, mais là, dans l’église, il y avait une atmosphère différente”.

6. Il a fait sa première communion à l’âge de 7 ans, parce que l’évêque l’avait trouvé préparé, et il brûlait du désir de recevoir le Seigneur.

Le supérieur du monastère romite de Perego, en Brianza, raconte :  “Composé et calme pendant le temps de la Sainte Messe, il a commencé à montrer des signes d’impatience à l’approche du moment de recevoir la Sainte Communion.

Il a regardé l’hôte, a émis un sourire, et ses yeux  resplendissaient de joie.

Avec Jésus dans le cœur, après avoir tenu sa tête dans ses mains, il se mit à bouger, comme s’il ne pouvait plus rester immobile.

C’était comme si quelque chose s’était passé en lui, connu de lui seul, quelque chose de trop grand pour qu’il puisse la contenir”.

7. Tout cela n’est pas venu de la famille.

Sa mère dira plus tard : “Je viens d’une famille laïque, d’éditeurs rationalistes, pas opposés à l’Eglise mais peu croyants non plus.

Nous devons être honnêtes, nous n’étions pas des gens très pratiquants.

Nous allions parfois à la messe presque par devoir, lors des grandes fêtes de Noël et de Pâques, puis pour certains mariages.

C’est Carlo qui nous a ramenés pour que nous puissions ressentir la beauté de la foi.

Au début, je n’étais pas un exemple, mais Carlo m’a poussé à entreprendre un voyage de foi et à approfondir ce que je n’avais jamais étudié.

J’avais étudié la finance et le droit, avec le mythe de la culture laïque, et ma foi était à zéro.

Carlo a été un sauveur pour moi. A travers lui, j’ai redécouvert les merveilles de la foi”.

8. Après cette Première Communion, Carlo ne manquait jamais son rendez-vous quotidien avec la Messe et une brève adoration eucharistique avant ou après la célébration.

Ses méditations sur l’Eucharistie étaient aussi simples que profondes lorsqu’il était enfant.

Il disait : “Devant le soleil, nous bronzons, mais devant l’Eucharistie, nous devenons des saints”.

Il répétait souvent : “Vous allez tout droit au ciel si vous vous approchez chaque jour de l’Eucharistie !

Plus d’une fois, il a dit ces mots : “Jésus est très original, car il se cache dans un morceau de pain, et seul Dieu pourrait faire quelque chose d’aussi incroyable

9. Je voudrais en dire plus sur ce garçon qui semble presque comme si le Seigneur voulait l’arrêter à l’âge de 15 ans pour l’offrir en exemple à nos garçons d’aujourd’hui.

Mais le temps est venu pour moi de répondre à ta question. Que dire aux parents lorsqu’ils te demandent où tu as été, de peur ( !) que tu ais été à la messe ?

Tu peux très bien répondre sans crainte de mentir que tu as été avec des amis ou des camarades de classe si parmi eux il y a quelqu’un qui fait ce que tu fais.

10. Et si un jour ils voient que les amis sont ceux que tu trouves dans l’Église et parmi eux principalement Jésus, dis-leur que c’est Lui qui te fait sentir mieux, qui te transforme, qui te donne tant de paix.

Dis-leur que cette paix les atteint d’une certaine manière par la présence du Christ et du Paradis en toi.

Dis, en donnant ton beau témoignage, que par l’Eucharistie quotidienne, Jésus te comble de nombreuses grâces et que celles la tu les apporte  aussi en  famille, sans qu’elle s’en aperçoive.

Continues ainsi .

Je suis convaincu que tu ne peux pas manquer de rencontrer Jésus tous les jours et d’être ensemble avec lui.

C’est la lumière du Paradis qui entre dans ta vie chaque jour.

Je te remercie  pour ce beau témoignage que tu nous as offert, sans le vouloir.

Je te souhaite tout le bien possible, je me souviens de toi auprès du Seigneur et je te bénis.

Père Angelo

Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Espagnol Français