Cher Père Angelo,

Je vous écris pour avoir une réponse à une question qui me tourmente depuis un certain temps. Je suis une femme de 32 ans, mariée civilement et mère d’un enfant d’un an.

Quand j’avais 18 ans, j’ai commis le crime le plus odieux que j’ai jamais pu faire, j’ai volontairement avorté, interrompant la vie de l’enfant que j’avais dans mon ventre, contrevenant à la parole de vie que le Seigneur nous a donnée avec le cinquième commandement. Le père de l’enfant est mon mari actuel, je suis aussi allé contre son gré, je ne pensais qu’à moi et aux idoles dont je m’entourais y compris ma carrière, je pensais que seul cela comptait et qu’un fils entraverait mes projets. Dieu n’était pas présent dans ma vie, j’ai vécu dans la médiocrité et dans mon perfectionnisme.

Il y a quelques années, j’ai perdu une personne très chère à moi, frappée par une maladie incurable en peu de temps. A partir de ce moment, j’ai rencontré un prêtre qui m’a rapproché du Seigneur et ma conversion a commencé, j’ai entrepris un chemin de foi avec mon mari et ma vie a complètement changé.

Aujourd’hui je suis vraiment heureux, la Parole marque mes jours et j’éprouve une joie dans mon cœur jamais ressentie.

Nous nous retrouvons aujourd’hui à vouloir célébrer le mariage religieux, nous le voulons tellement, mais j’ai cette douleur dans mon cœur liée à l’abominable meurtre commis il y a de nombreuses années.

Ma question est: y a-t-il un salut pour nous? Pouvons-nous nous marier ou n’est-ce pas possible pour moi qui ai eu un avortement volontaire?

Je vous remercie sincèrement.


Très chère,

1. “Nos fautes ont dominé sur nous : toi, tu les pardonnes” (Ps 65:4).

Nous avons tous commis le plus grand crime: nous avons transpercé le Fils de Dieu: ” Or, c’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé” (Is 53:5).

Le péché qui t’accable est un avertissement pour nous tous: nous devons tous être dans l’humilité à cause de la mort de Jésus-Christ que nous avons crucifié et qui continue d’être crucifié dans tant de cœurs.

2. Tu es attristée à cause de ce que tu as fait lorsque tu ne pensais pas à ce tu faisais.

Mais la douleur d’avoir éliminé cet enfant doit susciter en toi, comme en nous tous, une douleur encore plus grande: celle d’avoir transpercé le Fils de Dieu.

«Cette pensée me fait pleurer, pleurer, pleurer»: c’est ainsi qu’un chant “spiritual” de la fin des années soixante s’exprimait « C’est toi qui étais à la croix de Jésus ».

3. Tu me demandes s’il y a un salut pour toi.

Mais pour tout le monde, il y a un espoir de salut parce que Celui même que nous avons transpercé voulait convertir notre propre péché en expiation de nos péchés.

Jésus voulait tout payer sur sa chair.

C’est la raison de notre espoir.

Il y a un cri d’émotion pour un si grand amour!

4. Après ta conversion (qui sait si ton enfant qui s’est envolé innocent et martyrisé devant Dieu ne l’a pas obtenu?) ta vie a totalement changé.

Tu comprends maintenant la médiocrité et le perfectionnisme du passé.

Peut-être qu’à l’époque, tu avais l’impression d’être si émancipée: vivre sans Dieu et avec le mirage d’une carrière.

Maintenant, Dieu est entré en toi.

En effet, il y entre chaque jour avec la lumière de sa Parole.

Et cette lumière fait tout fleurir de la même manière que la lumière du soleil donne la vie et fait grandir tout ce qui vit.

5. Puis à votre question: y a-t-il un salut pour nous? Je réponds: le salut est déjà entré. Chaque jour, il te parvient.

La Parole que tu entends n’est pas n’importe quelle parole, mais c’est une Parole vivante (He 4:12).

En effet, il est une Personne: il est le Christ, Parole du Dieu vivant.

Le Salut c’est Lui-même.

6. Ne doute donc jamais de cela.

La pensée qui veut remettre en question ton salut ne vient pas de Dieu, mais de ton adversaire qui aime déranger et conduire au désespoir.

Élimine énergiquement tout doute de salut.

En effet, saisisse-le comme une occasion providentielle de te laisser à nouveau éclairer par la Parole du jour et de l’accueillir dans ta vie.

A ce moment-là, toi aussi tu peux dire: « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison” (Lc 19:9).

Ce salut, c’est le Christ, Sa Parole.

Et cette maison est ta personne, ta vie.

7. Écoute toujours cette Parole avec une grande dévotion.

Et pendant que tu l’écoutes, répète-toi: en ce moment, le salut est entré dans ma maison.

Continue à apporter ce salut dans ta vie chaque jour.

Et après l’avoir laissée entrer, embrasse le Christ qui est revenu vers toi avec sa “Parole de salut” (Actes 13:26). 

Je te remercie de m’avoir donné l’occasion de me souvenir de ces réalités si belles et réconfortantes de notre vie chrétienne.

Je te souhaite tout le bien possible, même pour ton prochain mariage religieux, je te rappelle au Seigneur et je te bénis.

Père Angelo

Questo articolo è disponibile anche in: Italien Français