Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Espagnol Français

Question

Cher Père Angelo,

Dès mon enfance, mon cœur a toujours été loin de Dieu, j’ai blasphémé Notre-Dame dès l’âge de 8 ans. Je n’ai jamais rien ressenti ni pour ma première confession, ni pour ma première communion, ni pour la confirmation. Je suis allé à la Messe, mais seulement par habitude, j’ai ri en moi et je l’ai ridiculisée. J’étais seulement intéressé à aller manger au restaurant après ces événements que je ne considérais pas comme des sacrements, mais de simples formalités. Je suis étonné de voir comment à un très jeune âge il pouvait déjà y avoir toute cette froideur. Nous ne sommes que dans l’enfance, sans parler de l’adolescence. 

Il n’est pas vrai que les enfants n’ont que des péchés véniels. Je me considérais comme catholique en allant à la Messe un dimanche oui et un dimanche non. Pourquoi y aller en été, alors? Pourquoi honorer Notre-Dame de l’Assomption, étant donné que sa fête a lieu au milieu des vacances d’été? Ici, ce sont mes arguments. Et si deux fêtes d’obligation étaient liées (par exemple le dimanche 5 janvier et l’Épiphanie), malheur d’aller à la Messe deux fois de suite. Mais, arrivé à l’adolescence, j’ai atteint la limite de l’irréparable. 

Ne voyant pas d’avenir devant moi, j’ai perdu deux années d’école (les deux premières du lycée), même si en changeant d’école j’allais beaucoup mieux, mais toujours sans perspectives d’avenir, à tel point que dans cette nouvelle adresse j’ai fait très bien pendant les premières années, mais ensuite il y a eu une baisse lente et progressive (même si jamais aussi désastreuse que les deux années perdues), à tel point que j’ai quitté la Maturité avec une note plutôt basse. 

Avec le changement d’adresse, j’ai été taquiné par mes camarades de classe et, surtout par les filles, pour mes notes trop élevées et pour ma timidité (je ne pense pas que ce soit juste de la timidité, puisque je suis plein de manies), à tel point que, aux chèques scolaires, j’ai commis des erreurs exprès (tricherie au contraire) pour obtenir une note légèrement inférieure et ne pas être trop « nerd ». Quelle faiblesse de caractère et d’esprit! Toujours dans cette première année de la nouvelle adresse (16 ans), j’ai commis les deux péchés les plus graves, peut-être, de ma vie: pour me faire voir populaire par mes compagnons intimidateurs, j’ai raconté une fausse histoire dans laquelle j’aurais commis des actes sexuels avec une de mes camarades de classe (ne faisant pas partie du groupe des intimidateurs). Le pire, c’est d’avoir dit des détails si honteux sur le corps de ma partenaire (absolument faux) que, si elle me déteste à mort, elle ne le fera jamais autant que je le mérite. 

Je passe maintenant au péché le plus grave de ma vie commis cette même année scolaire: un dimanche, après avoir assisté à la Messe et avoir communiqué, j’ai eu une dispute avec ma mère et, en plus de l’insulter avec des mots terribles, j’ai pris le livret du Rosaire et je l’ai jeté au sol, avec le doute que dans la boîte attachée au livret il y avait une hostie consacrée, puisque je l’ai jeté aussi au sol. Dès lors, j’ai vraiment atteint l’enfer sur terre. 

Un autre péché grave je l’ai commis pendant l’année scolaire suivante, au cours de laquelle, en ayant marre des taquineries constantes de mes camarades de classe, j’ai alors pensé à jeter le nouveau téléphone portable d’un ami à terre et à insulter lourdement l’un de mes camarades de classe. Depuis, les taquineries ont fortement diminué, mais la fin ne justifie pas les moyens. Toujours dans cette année scolaire (17 ans), j’ai fait ma dernière confession (sacrilège) dans laquelle j’ai caché les péchés les plus graves (y compris celui que j’ai raconté) avec la communion sacrilège ultérieure. 

A partir de là, j’ai vu l’Enfer sans avoir besoin d’une vision mystique (à 18 ans). J’ai abandonné la Messe, je suis devenu athée. De là ont commencé les souhaits suicidaires et j’ai blasphémé le Saint-Esprit pour l’interdiction de se suicider (19 ans). Pour étancher ma soif, je me suis intéressé aux pratiques bouddhistes et j’ai parfois fait une sorte de méditation. Je croyais en tout (y compris à la réincarnation), sauf au Seul Vrai Dieu. J’arrive en dernière année de lycée: puisque, de temps en temps, certains de mes camarades de classe se moquaient encore de moi, dans mon cœur je souhaitais qu’ils meurent et j’ai peur que ce soit une vraie malédiction étant donné que l’un d’eux est tombé malade de la leucémie. Pendant cette même période, j’ai commencé une thérapie psychologique, qui n’a pas réussi et j’ai dû arrêter. Pendant ce temps, il y avait cette soif qui ne se calmait pas (aucune philosophie et aucune religion ne la satisfaisait). Toute ma vie me semblait insignifiante, je sentais que c’était un fardeau inutile, je ne la considérais absolument pas comme un cadeau. J’étais si désespérée que je ne me souciais plus de moi, ni des autres, ni de la création. Le suicide me semblait désormais la seule solution sage. D’un autre côté, si Dieu n’existe pas et après la mort il n’y a plus rien, à quoi ça sert de continuer à vivre? Tout cela me semblait un gaspillage à pourquoi souffrir si la souffrance n’a pas de sens? Qui êtes-vous pour me donner des règles morales et des jugements s’il n’y a pas de chemin à suivre et aucun but d’un monde surnaturel et éternel à atteindre? Il y a des athées, de bonnes personnes, je comprends, mais le premier devoir de l’homme n’est-il pas de transcender sa propre nature et de chercher quelqu’un de plus grand que lui? Sinon, qu’est-ce qui nous distingue des autres animaux? Et puis quiconque est athée n’est pas vraiment athée, il n’a choisi que les choses et les créatures créées comme ses dieux, il est un idolâtre. 

Tout ce désespoir jusqu’à ce qu’une voix bouge quelque chose en moi, m’a fait sentir qu’après la mort tout ne finit pas, en effet le but de cette vie n’est pas cette vie elle-même, mais elle va au-delà de cette vie et s’appelle Dieu. Invité à suivre le seule chemin qui peut vous conduire à cet objectif: Jésus-Christ et son Église catholique. Bien que cette voix soit persistante jour et nuit, je continue d’avoir le cœur très dur. J’ai repris la Messe, en essayant de ne pas en sauter une, du moins les dimanches et jours fériés, mais la confession et la communion restent à des années-lumière pour moi. De plus, j’ai encore beaucoup de froideur envers tout et tout le monde, je ne vois pas d’avenir devant moi et je veux juste mourir, de temps en temps je me fâche encore contre Dieu au point de le blasphémer (avec des mauvais traitements d’images sacrées et de lancer l’Évangile comme une personne possédée), je n’arrête pas de me masturber et je ne vois les filles que dans leur corporéité. 

Donc je suis encore loin de Dieu, je n’ai jamais eu d’ami de ma vie, je ne sais pas ce qu’est l’amitié. Si quelqu’un m’attaque de manière agressive ou même juste avec la bonne sévérité, je deviens une bête avec des mots et, tôt ou tard, j’ai peur de devenir abusif. Je ne peux pas faire la différence entre la sévérité et l’agression injuste, à tel point que j’ai menacé de mort mes parents simplement parce qu’ils avaient fait des remarques. Les gens ne savent pas comment se comporter avec moi et je ne sais pas comment me comporter avec les autres. Je pense que les imbéciles sont beaucoup plus sages que moi: quelle pire folie peut-il y avoir que de ne pas croire en ton Créateur ou, si tu le fais, de continuer à l’offenser avec tes péchés (y compris le blasphème), sachant qu’Il est Celui qui désire mon vrai et éternel bonheur et celui de tous les hommes? Priez pour moi, peut-être j’ai besoin d’une puissante bénédiction qui fait fondre la glace de mon cœur et ravive en moi la bonne volonté au moins d’accéder à nouveau aux sacrements d’une manière digne, pas sacrilège comme je l’ai toujours fait.

Si seulement je pouvais ressentir au moins une once de douleur pour mes péchés, même si cela me servait de sentir le feu du Purgatoire à l’intérieur de mon âme ici sur terre pour expier tous ces péchés très graves.

J’ai 23 ans maintenant. Bonne journée.


Réponse du prêtre

Très cher,

1. J’ai été frappé par ton e-mail, si étrange pour ce que tu m’as dit et en même temps si lucide et parfois même pénétrant.

Je me suis souvenu d’une personne que j’avais connue directement à l’époque. Elle était brillante, avec de nombreuses compétences inhabituelles, mais peut-être trop naïve.

Ceux qui la connaissaient bien ont dit: Elle a sans aucun doute beaucoup de chiffres, mais elle ne sait pas comment les classer!

Cette personne, cependant, avait déjà passé cette période que Dante décrivait avec les mots suivants: Au milieu du voyage de notre vie.

Mais tu es jeune et j’espère que bientôt les nombreux dons que le Seigneur t’a donnés pourront être mis au profit non seulement de ta vie, mais de plusieurs.

2. Tu m’écris qu’à un certain moment, après seulement une pratique religieuse extérieure, tu es devenu athée.

Mais avec cela, les questions ont continué à te hanter.

Par exemple, si Dieu n’existe pas et que la vie n’a pas de sens et s’accompagne inévitablement de souffrance, pourquoi continuer à vivre?

N’est-ce pas du temps perdu?

Tu as logiquement pensé au suicide.

Jacques Maritain et son épouse Raïssa sont également arrivés à cette même conclusion.

Mais tous deux après avoir lu un roman intelligent, intitulé La femme pauvre, ont été frappés par la grâce, ont reçu le baptême et ont enrichi spirituellement beaucoup en les amenant à la foi.

Raïssa dans son Journal à un certain moment a noté la surprise des nombreuses conversions et baptêmes d’intellectuels, qui ont eu lieu après leur conversion.

J’espère que cela arrivera aussi pour toi et que tu pourras dire avec saint Paul que là où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé (Rm 5, 20).

Ce serait le meilleur succès de ta vie.

Ce serait peut-être aussi la réalisation de la raison suprême pour laquelle Dieu a été patient avec toi comme à son époque il avait été patient avec Paul qui avait été naguère un blasphémateur, un persécuteur et un insulteur (1Tim 1, 13).

3. Je ne reviens pas sur les différents arguments que tu as décrits dans ton e-mail, car je ne finirais jamais.

Je dis juste que la clarté de ton esprit t’a ramené à Dieu.

Mais il y a encore des choses qui empêchent la plénitude de la vie chrétienne.

Parmi ceux-ci, l’absence maintenant prolongée de la Sainte Communion dont, grâce à Dieu, tu commences à en ressentir le besoin.

Il y a aussi l’absence de confession.

Et les péchés persistent dans ta vie, qui sont incompatibles avec la vie de grâce.

4. Il y a entre toi et Dieu, malgré la foi nouvellement retrouvée, quelque chose de similaire à ce qu’Abraham a signalé à l’homme riche qui était en enfer et qui a demandé de lui envoyer Lazare pour se rafraîchir la langue: « entre nous et vous un grand abîme » (Lc 16, 26).

Tant que tu es privé de la grâce de Dieu, il y a un abîme qui empêche la communion de cœur à cœur, de ne faire qu’un avec Dieu, comme la mer et les poissons.

Quand on est privé de grâce, on peut penser à Dieu et croire en lui. Cela arrive très souvent. Mais la communion manque toujours.

Tout comme dans le cas de l’homme riche qui, bien qu’il soit en enfer, a vu Abraham de loin et lui a parlé. Mais il ne pouvait pas jouir de la communion à cause du grand abîme.

5. Eh bien, je te dis ceci: dès que tu trouveras grâce avec la repentance et la confession, tu ressentiras immédiatement ce sentiment de plénitude intérieure pour lequel saint Thomas a dit que seul Dieu satisfait.

Et tu comprendras ce que ressentit saint Augustin lorsqu’il fut soudain libéré de la gale violente et irritante de la sensualité pour laquelle il écrivait: « ô Christ Jésus, mon soutien et mon rédempteur ? Qu’elle devint suave soudain pour moi la privation des suaves bagatelles! Les voir partir de moi avait été ma crainte, maintenant les faire partir était une joie. Tu les jetais dehors en effet, loin de moi, toi, véritable et souveraine suavité tu les jetais dehors et tu entrais prenant leur place, plus doux que tonte volupté, mais non pour la chair et le sang; plus clair que toute lumière, mais plus intérieur que tout secret plus élevé que tout honneur, mais non pour ceux qui s’élèvent en soi. Déjà mon me était libre des soucis qui la rongeaient: l’ambition, et la cupidité, et le désir de se roulier dans les passions et d’en gratter la gale. Et je babillais avec toi, ma clarté, ma richesse, mon salut, avec toi, le Seigneur mon Dieu.» (Confessions, IX, 1).

6. Jusqu’à ce que tu franchisses ce pas, tu continueras à te refuser l’expérience la plus élevée de la vie chrétienne.

L’assistance à la Messe, si attentive soit-elle, sera toujours accompagnée d’une certaine sécheresse car l’absence de grâce empêche de goûter et voir comme le Seigneur est bon (Psaume 34,9)

Thomas Merton, un moine trappiste en vogue dans les années 50 et 60 du siècle dernier, a dit que pendant ces vingt ou trente minutes il a vécu après la communion et était en conversation avec le Seigneur, il lui semblait que tout le sens de sa vie était contenu. 

7. Par conséquent, remplis le grand abîme qui te sépare de Dieu par la confession sacramentelle.

Décide-toi de recevoir l’étreinte de Dieu qui t’attend depuis longtemps.

Et, après avoir avoué, soie déterminé à te confesser régulièrement et fréquemment. N’attend pas plus de 15 jours.

Ton confession sera courte (sauf la première, évidemment) et toujours faite avec le même prêtre qui t’accueillera volontiers car il verra que tu es sérieux et soucieux dans l’accusation des péchés.

8. Depuis longtemps tu as besoin de faire l’expérience de « la consolation très vive de l’esprit » et de « la paix et la tranquillité de la conscience » dont parle le Catéchisme de l’Église catholique. Ces sentiments sont infusés par Dieu dans l’âme avec le sacrement de pénitence ou de confession (CEC 1468).

9. Tu me dis que tu veux la contrition pour tes péchés.

C’est l’une des plus belles grâces.

Tu peux disposer de cette grâce à la fois en examinant les raisons pour lesquelles le Seigneur t’as fourni tant de dons de toutes sortes et en regrettant que tu ne les aies pas utilisés selon Dieu.

Cependant, puisqu’il s’agit d’une douleur surnaturelle, tu ne peux pas te la causer tout seul.

Tu peux et dois la demander à Dieu comme une grâce singulière.

Demande-la par l’intercession de Celle que le Seigneur t’a donnée comme Mère.

À cet égard, pourquoi ne pas réciter un chapelet précisément pour demander cette grâce avec Marie?

Même plus tard, le jour où tu as établi pour la confession, n’oublie pas de toujours demander cette grâce et, si tu le peux, de prier le Rosaire spécifiquement pour cette raison.

Tu verras comment le feu s’allumera!

10. Comme ce serait bien si tu commençais tout de suite.

De cette manière, tu pourras « mettre en colonne » les nombreux dons que le Seigneur t’a donnés.

Et, en plus de recevoir un grand avantage pour toi-même, tu porteras beaucoup de fruit dans la vigne de l’Église dans laquelle le Seigneur t’a appelé à travailler parce que ta vie est certainement précieuse pour beaucoup.

Je t’accompagne volontiers dans ma prière, je te souhaite bonne chance et je te bénis.

Père Angelo


Traduit de KATIA DI RUOCCO