Questo articolo è disponibile anche in: Italien Espagnol Français

Question

Bonjour,

Je suis Alessio. J’écris parce que je pense que cela peut intéresser d’autres personnes dans ce domaine, même si je pense que c’est très différent de ce que vous recevez habituellement. Le thème peut être celui de la valeur épistémologique des statistiques par rapport aux arguments théologiques.

1) L’efficacité de la prière

Prenons un exemple. Les statistiques médicales nous indiquent que le taux de survie après une lésion due à une transplantation pulmonaire est de 90%, à 5 ans de 50%. J’ai 100 patients ayant subi une transplantation pulmonaire. Je ne peux pas dire que 10 d’entre eux, pour les raisons les plus disparates (ne pas suivre les thérapies, tomber dans les escaliers, rejet, infection…), sont “destinés” à mourir ; néanmoins, j’ai des raisons de croire, en raison de la stabilité des données au fil des ans, que 10 d’entre eux ne verront pas le prochain Noël. Ceci est valable, avec les mêmes conditions technologiques et sanitaires, dans tous les pays, sans distinction de religion ou autre.

Nous nous demandons maintenant si notre prière peut aider notre parent qui a subi une transplantation pulmonaire à survivre. La prière ne change pas la volonté de Dieu, mais elle l’exécute, et si c’est la volonté de Dieu que quelqu’un soit guéri par la prière d’intercession, il sera guéri. Le Catéchisme lui-même, si je me souviens bien, dit que l’onction des malades peut, si elle est bonne, conduire à la guérison. Il semble donc que la prière soit un moyen de guérison “supplémentaire” par rapport à un traitement purement médical. Si celui qui n’a pas la foi ne peut être guéri, s’il l’est, qu’en vertu de l’efficacité thérapeutique de la médecine, celui qui a au contraire la foi peut être guéri, non seulement pour cette raison, mais aussi par la volonté de Dieu, même s’il n’aurait pas pu avoir accès à un traitement médical.

Mais si c’était vraiment le cas, alors l’effet de la prière serait mesurable, et nous aurions une preuve inattaquable de l’existence de Dieu, et même d’un Dieu spécifique d’une religion spécifique : nous devrions voir, en effet, que les patients pratiquant une certaine religion sont systématiquement en meilleure santé et avec une espérance de vie plus longue que tous les autres. Eh bien, des tests de ce type ont effectivement été réalisés (la tentation de Dieu, mais peu importe). Le projet STEP 2006, la plus grande étude jamais réalisée sur le sujet, a suivi l’état de 1800 patients ayant subi une opération cardiaque, dont la moitié avait reçu des prières de guérison de la part de leurs proches, et l’autre moitié non. Le résultat a été que non seulement les patients pour lesquels on a prié n’ont pas eu un taux de survie supérieur aux autres, mais même inférieur (il semble que le fait de savoir que des proches prient pour eux ait généré des attentes et donc un petit, très petit stress qui, cependant, a laissé des traces). En général, la communauté médicale admet qu’il n’existe aucune preuve statistique de l’efficacité de la prière et qu’il n’est plus utile d’utiliser l’argent public pour la rechercher.

Il me semble toutefois qu’il existe un malentendu sous-jacent. On imagine en effet que la prière est particulière, c’est-à-dire qu’en demandant “fais guérir papy”, on veut dire “fais guérir papy, et pas son colocataire, parce que je ne prie que pour papy et pas pour les autres”. Il est vrai que, dans les faits, beaucoup prient de cette manière. Mais dans la prière, nous ne pouvons vraiment demander que la volonté de Dieu, et donc le bien absolu. Je peux demander des choses précises, des vocations, des guérisons, etc., mais ce que je ne peux vraiment pas rationnellement  ne pas demander, c’est le bien absolu, qui est le référent universel de toute prière, même si elle est formellement différente des autres. C’est du moins ce qu’il me semble.

Évidemment, si c’est le cas, nous ne devrions pas nous attendre que les membres d’une certaine religion soient systématiquement en meilleure santé que les autres (toutes choses étant égales par ailleurs et en l’absence d’éléments nocifs comme le tabac, l’alcool, etc.) Ce n’est pas parce que nous avons Lourdes que nous devons nous attendre à avoir plus de guérisons que les autres, c’est-à-dire tous ceux qui guérissent normalement plus ceux de Lourdes. Il faut dire que même dans le monde islamique, il y a des mosquées qui ont des archives avec des centaines de cas documentés de guérisons inexpliquées qui s’y sont produites. Un discours similaire peut être tenu sur les cas présumés de possession démoniaque et donc sur les exorcismes, que l’on devrait s’attendre à trouver de manière asymétrique parmi les différentes cultures, alors qu’au contraire les différentes religions ont leurs rituels et tous les trouvent efficaces. Je pense que nous pouvons légitimement nous attendre que, même si une personne ne peut pas prier efficacement pour le bien (parce qu’elle ne connaît pas Dieu, parce qu’elle est dans le coma, etc.), il y en a quand même d’autres qui prient pour ceux qui ne le peuvent pas, pour les raisons évoquées. Si je me trompe, vous me corrigerez

Mais vous, mon Père, que pensez-vous de ce sujet ?

Concrètement, j’ajouterais que pour un médecin, s’il sait déjà que 10 % de ses patients n’arriveront pas à la fin de l’année, quel est l’intérêt de prier pour leur santé ? S’il prie plus fort que jamais, et qu’il constate que 10 personnes sont mortes de toute façon, il peut en sortir déçu, choqué.

2) Les livres de comptes du diable

La question ici est plus simple, et décidément moins “intellectuelle”. Les statistiques nous disent que, au cours d’une année, 350/400 homicides se produisent en Italie. Bien que le chiffre ait toujours été en baisse, il est impensable que demain il atteigne zéro, car je dirais qu’il est physiologique que, parmi 60 millions de personnes, il y ait quelques déviants qui décident de prendre un couteau et de tuer quelqu’un. Mais dans quelle mesure est-il légitime de dire que quelqu’un est “destiné” à tuer quelqu’un d’autre ?

De même, supposons que, à partir d’une recherche sociologique, il s’avère qu’un certain pourcentage, stable au cours des 30 dernières années, meurt en état de péché mortel, ou encore meurt en blasphémant et en crachant sur les sacrements. Devrions-nous dire, alors, qu’un certain pourcentage de la population de cette année est “destiné” à aller en enfer ? Nous pourrions dire non, mais nous pouvons être presque certains que le pourcentage de ceux qui mourront de cette façon ne sera pas nul, qu’il y aura quelqu’un, aussi parce que nous sommes 7 milliards de personnes. Dans quelle mesure sont-ils “destinés”, alors, étant donné qu’ils doivent être ici et là ?

Merci et salutations.


Réponse du prêtre

Très chère,

1) Face à cet examen statistique de l’efficacité de la prière, je dis que je n’ai rien à opposer aux données que vous avez présentées. Cependant, l’efficacité de la prière ne dépend pas des guérisons obtenues.

2. Afin de porter un jugement objectif sur ce que vous avez rapporté, deux choses doivent être gardées à l’esprit.

La première : la prière, comme vous l’avez justement souligné, n’a pas pour but de changer la volonté de Dieu à notre égard, mais de la mettre en pratique. Il n’est pas étonnant que la volonté de Dieu à l’égard de certaines personnes soit de les épargner du mal et de les faire disparaître. La prière peut également produire cet effet. Le critère à garder à l’esprit n’est pas simplement la vie présente, qui doit tôt ou tard être abandonnée, mais la vie éternelle, pour laquelle nous avons été créés.

3. Après tout, notre Seigneur nous a appris à prier en disant : “Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel”. Par conséquent, bien que nous priions généralement pour une prolongation de notre vie actuelle, il arrive que Dieu nous fasse du bien en ne nous l’accordant pas. Saint Augustin nous rappelle que “celui qui, avec foi, prie pour les nécessités de la vie présente, avec une égale miséricorde, peut être entendu et non entendu. Car le médecin sait mieux que le malade ce qui est bon pour le malade” (In libro Senten. Prosperi).

4. J’aime à rappeler à ce propos ce que sainte Catherine de Sienne disait à ses enfants spirituels qui pleuraient sa mort à un si jeune âge (elle avait 33 ans) : “Mes très chers enfants, ne soyez pas attristés si je meurs, mais vous devez vous réjouir avec moi et vous réjouir avec moi parce que je quitte un lieu de souffrance pour aller me reposer dans un océan de paix, dans le Dieu éternel”.

5. La deuxième chose que j’ai l’intention de souligner est la suivante : la prière, si elle ne guérit pas des maux physiques, a le pouvoir de guérir de nombreux maux spirituels qui frappent les malades. Nous savons que le sacrement de l’onction des malades, bien qu’ordonné à la guérison physique, apporte en même temps un soulagement. La prière faite par le presbytre n’arrête pas nécessairement le processus de la maladie et de la mort. Cependant, elle entraîne toujours une guérison intérieure qui enlève à la maladie et à la mort leur poison et en fait une occasion de se rapprocher de Dieu.

6. La prière, et plus encore le sacrement de l’onction des malades, apporte au malade la consolation que Jésus a éprouvée au Jardin des Oliviers lorsqu’il a été visité par un ange (Lc 22,43). Par la grâce de l’Esprit Saint, le malade “se sent fortifié par la confiance en Dieu et reçoit une force nouvelle contre les tentations du malin et l’angoisse de la mort” (Constitution apostolique “Sacram Unctionem infirmorum” de Paul VI, 30.X.1972).

7. En outre, la prière nous aide à entrer dans la logique de Dieu et à comprendre que la maladie fait partie de la purification passive que Dieu permet pour que ses enfants portent plus de fruits : “Tout rameau qui porte du fruit, mon Père l’émonde pour qu’il en porte davantage” (Jn 15,2). Enfin, elle aide les croyants à s’abandonner à la volonté de Dieu et à choisir pour leur bien ce qui lui plaît, sachant qu’il sait mieux que nous ce qui est bon pour notre véritable bien.

8. Comme vous pouvez le constater, les statistiques sont inadéquates pour mesurer les effets que je vous ai exposés. Pour les croyants, ces effets sont les plus importants.

9. De même, il ne sert à rien de faire des statistiques sur le nombre de personnes qui vont en enfer. Le Seigneur a dit qu’il y en a beaucoup qui suivent la voie large de la perdition : “Entrez par la porte étroite, car la porte est large et le chemin de la perdition est large, et il y en a beaucoup qui entrent par là” (Mt 7,13). Lorsque Sainte Thérèse d’Avila vit l’enfer et la place que les démons lui avaient préparée (elle le dit elle-même), elle fut terrifiée (cf. (Vie, XXXII, 4).

La conclusion est que nous devons prendre au sérieux l’engagement de vivre notre vie chrétienne de manière cohérente.La “crainte salutaire” est également un don de Dieu, qui stimule la conversion.Je vous remercie de m’avoir stimulé à ces considérations.Je vous souhaite tout le bien possible, je vous rappelle au Seigneur et je vous bénis.

Père Angelo