Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Espagnol Français

Cher Père Ange,

J’ai toujours cru en l’infaillibilité du Pape, en distinguant celle-ci de l’impeccabilité, quand il enseigne en tant que maître de tous les chrétiens, de manière solennel, c’est-à-dire ex cathedra, et en tant que maître universel, concernant domaines à propos de la fois et des coutumes. 

J’écris la question toute de suite, devons-nous considérer comme un enseignement universel quand il parle à l’Angélus (de foi et de moral), quand il est interviewé (et il parle de foi et de moral), quand il publie des livres (et il parle de foi et de moral) et quand il écrit des encycliques (et il parle de foi et de moral)?

Je vous remercie et je vous demande lumière et prières. 


Très cher,

1.Le Magistère lui-même nous rappelle quel type d’hommage nous devons faire aux différentes déclarations des nos maîtres et pasteurs.

Je ne parlerai pas de l’enseignement des évêques parce qu’il n’est pas le sujet de ton e-mail et le même vaut pour le Magistère du Pape avec les autres évêques pour la même raison.

Tandis que tu demandes comment nous devons considérer ces discours du Pape du moment qu’il s’exprime avec de manière très différents à chaque fois.

2.Alors, la forme la plus solennelle avec laquelle il s’exprime est celle ex cathedra.

Dans ce cas-là il parle en tant que suprême maître à l’intérieur de l’Église.

Quand il adopte ce format-là, il doit le dire de manière que tous les fidèles sachent que son discours fait partie de notre foi. 

Cette forme-ci est rarement utilisée.

La dernière était celle utilisée par Pio XII quand il a dit le 1 novembre 1950 que la Madone, à la fin de ses jours, avait été élevée au ciel avec âme et corps.

L’avant-dernière était 5 ans avant, quand le 8 décembre 1854 Pio IX disait que la Madone, dès son premier instant de conception, elle a été immunisé contro tous péchés. C’est-à-dire, il l’a proclamé Immaculée.

3.Ces formes de Magistère extraordinaire s’appellent de Magistère définitoire, donc ceux qui ne les accepte pas s’éloigne de soi-même et de la communion de l’Eglise. C’est-à-dire, il est excommunié.

4.Le Pape a différentes manières de s’exprimer qui s’appellent de Magistère authentique. Pas toutes ces manières lient de la même façon. 

En effet, la Constitution dogmatique Lumen gentium du Concile Vatican II dit : < Mais ce consentement religieux de la volonté et de l’intelligence on le doit surtout au magistère authentique du Pontife Roman, même quand il ne parle pas ‘ex cathedra’. Cela implique que son suprême magistère soit accepté avec révérence et qu’on adhère avec sincérité à ses affirmations concernant sa pensée et la volonté de se manifester, que nous pouvons déduire par le caractère des document ou par l’insistance en proposant une certaine doctrine ou par la manière de s’exprimer >. (LG, 25)

5. Donc, le Magistère lui-même dit que les affirmations doivent être évaluées en tenant compte de ce qu’il dit (concernant la pensée) et de la volonté avec laquelle il se présente à l’attention des fidèles.

Et on comprend cela grâce à trois critères comme la Lumen gentium dit:

-par la caractère des documents,

-par l’insistance dans la proposition d’une certaine doctrine,

-par la manière de s’exprimer.

6. Premièrement par le caractère des documents.

Tandis qu’une encyclique est un document magistériel de grande importance.

Si on ajoute que le Magistère y revient à plusieurs reprises, on peut arriver à son irréformabilité de fait, comme par exemple pour certains problèmes relatifs à l’intimité conjugale.

Dans ce cas on ne se trouve pas face à un Magistère définitoire mais face à un Magistère définitif.

La différence entre eux n’est pas dans le degré d’adhésion, parce que l’adhésion est toujours la même, mais on trouve la différence dans le fait que les vérités du Magistère définitoire s’enracinent dans la Divine Révélation, tandis que le Magistère définitif n’y s’enracine pas directement.

En outre, la non-acceptation de la première manière cause l’excommunication, tandis que la deuxième non.

7.En outre, le Concile parle d’insistance en proposant une certaine doctrine.

La doctrine est une chose et les indications de caractère pastoral, comme par exemple certaines solutions concernant le phénomène migratoire,sont une autre chose.

Dans ce cas on doit accueillir les indications du Magistère avec respect, en distinguant le principe de la charité fraternel, qui est indiscutible, des solutions pratiques aux problèmes complex pour lesquelles on peut appliquer ce que les Ecritures disent: < Incertae sunt providentiae nostrae >. (Sap 9,14). Et nous pouvons le traduire comme ça: nos déterminations ne sont pas sûres.

Même si nous n’avons pas le chrême du magister définitoire ou celui du magistère définitif, nous devons accueillir ces indications avec respect et les respecter signifie qu’ils ne se contredire pas. 

8. Dernièrement, il faut tenir compte de la manière avec laquelle le Pape s’exprime. 

S’exprimer de la manière suivante: < Avec l’autorité que Christ a conféré à Pietro et à ses Successeurs, en communione avec les évêques… je déclare que… >, comme Giovanni Paolo a fait en Evangelium vitae 62, est différent de s’exprimer de cette autre manière-ci: < Si on tient compte des innombrable variétés des situations concrètes, comme celles que nous avons déjà cité, il est compréhensible qu’on ne doit pas s’attendre à une nouvelle normative générale de type canonique par le synode ou par cette exhortation. Il est possible seulement un nouveau encouragement à un responsable discernement personnel et pastoral des cas particuliers, qui devrait reconnaître que, étant donné que < le degré de responsabilité n’est pas le même dans tous les cas >, les conséquences et les effets d’une norme ne doivent pas etre necessairement les memes > comme le Pape Francesco a dit en Amoris Laetitia (AL, 300).

C’est possible de voir si un document a un caractère doctrinal ou un caractère d’indications pastorales par la manière d’écrire.

9. Écrire des livres n’est pas une manière – pour le moment – de publier les documents du Papa.

Benedetto XVI, quand pendant son Pontificat a publié certains livres, il a écrit sur ces livres-ci le prénom Joseph Ratzinger –  Benedetto XVI pour dire que c’était la pensée du Pape tant que théologien privé. 

Son intention n’était pas celle de contraindre la foi de quelqu’un. 

10. Voilà les critères, fournis par le Magistère, qui aident à ne pas donner la même importance aux différents documents.

Ceci vaut encore plus s’ils ne sont pas documentés mais mots dits confidentiellement au-delà des contextes d’enseignement.

Je vous remercie pour la question, je vous rappelle au Seigneur et je vous bénis. 

Pere Ange


Traduit par Sara Musarra Pizzo