Bonjour Père

Je vous demande de m’accueillir à la Confraternité du Très Saint Rosaire,

Je vais vous raconter sommairement mon histoire.

J’ai 58 ans, trois enfants et je suis enseignante à l’école primaire. Les deux premiers enfants, je les ai eus d’un premier mariage civil, puis après 5 ans de séparation, j’ai rencontré un nouveau partenaire avec lequel j’ai eu une troisième fille qui a maintenant 20 ans.

Bien que je n’aie jamais été une chrétienne pratiquante, j’ai toujours maintenu avec notre Mère Marie un lien qui remonte à mon enfance, lorsque je fréquentais une école catholique dédiée à la Reine Angelorum.

Récemment, j’ai ressenti un désir pressant de m’approcher d’Elle, par conséquent, après avoir réfléchi longuement, j’ai pris la décision d’observer la chasteté jusqu’au jour où je pourrais me marier chrétiennement avec mon partenaire.

J’ai demandé pardon pour mes péchés et le prêtre m’a accordé l’absolution et la permission de communier. Déjà, depuis environ 6 mois je récite le Rosaire tous les jours, et quand j’ai découvert l’existence de cette Confraternité sur internet, je me suis précipitée pour envoyer ma demande.

Gardez à l’esprit que je n’ai pas fait la confirmation, j’en avais l’intention, mais maintenant, c’est chose impossible vu que tout est arrêté à cause de la fermeture due au coronavirus.

Merci d’avance pour votre réponse.

Que soit loué Jésus-Christ et avec Marie par la suite

Maria Rosa.


Réponse du prêtre

Chère Maria Rosa,

1. Je suis content de ton témoignage. Bien que tu n’aies jamais été une chrétienne pratiquante, tu as toujours maintenu un lien avec Notre-Dame.

Et voilà que ce lien t’a maintenant conduit à la conversion, il t’a amené au Christ.

Le lien avec Notre-Dame est un signe certain de salut, dit Saint Louis Grignion de Monfort. 

Mieux, il disait que c’était un signe sûr de prédestination.

2. Marie, qui est la Mère, t’a emmené au Père.

Elle a toujours agi ainsi.

Saint Alphonse de Ligori écrit : « Très Aimable, Saint Bonaventure T’appelle Mère des orphelins et

Saint Ephrem va outre en T’appelant Refuge des orphelins.  

Hélas, ces orphelins

Misérables sont les pauvres pécheurs qui ont perdu Dieu !

Marie Très Sainte, à Toi, je recours : J’ai perdu le Père, mais Tu es ma Mère et Tu dois me le faire trouver.

Dans mon malheur, je T’appelle en aide,

Soutiens-moi, tiens-moi debout Toi.

Resterai-je, peut-être inconsolé ?

Innocent III Te dit : « Qui donc T’a prié sans que Tu ne l’aies entendu et ne l’aies aidé ? »

Qui donc s’est égaré après avoir eu recours à Toi ? S’égare seulement qui n’a recours à Toi » (Visite XXIII à Marie)

3. Le motif pour lequel Notre-Dame nous amène au Christ Sauveur est le suivant : c’est le fait qu’Elle ne regarde pas les mérites ou les démérites d’une personne.

Sa tâche, ce que le Christ lui a confié de la croix, est celle d’amener les hommes à Lui, au Salut.

Saint Alphonse de Liguori écrit encore : « Ma Souveraine très douce, très compatissante, très aimable, comme est grande la confiance que me donne Saint-Bernard quand je recours à Toi !

Il affirme que Tu n’examines pas les mérites de ceux qui ont recours à Ta miséricorde, mais Tu T’offres d’aider tous ceux qui Te prient.

Si je Te prie, alors Toi, courtoise, viens à mon aide.

Écoute, donc, ma supplication : Je suis un pauvre pécheur qui mérite mille fois l’enfer, mais maintenant je veux changer de vie. Je veux aimer mon Dieu que j’ai tant offensé.

Je m’en remets à Toi comme esclave, je me donne, méprisable comme je suis. Maintenant, je Te dis : sauve qui est Tien et n’est plus sien.

Ma Dame, Tu as compris ce que je veux Te dire ? 

J’espère que Tu m’as compris et exaucé » (Visite XXa Maria)

4. D’autre part, l’un des titres les plus consolants avec lesquels Notre-Dame est louée et invoquée par le peuple chrétien est le suivant : « Refuge des pécheurs ».

Comme pour dire : si l’on est un pécheur devant Dieu et ne sait pas comment se présenter devant lui, voici un refuge pour lequel il est sûr de ne pas en être chassé.

Saint Alphonse dit encore : « Comme les pauvres infirmes sont rejetés par tous pour leurs misères et ne trouvent abri que dans les hôpitaux ainsi les pécheurs les plus méprisables, bien que chassés par tous, ne sont pas refoulés par la miséricorde de Marie que Dieu a placé dans le monde pour être le refuge, l’hôpital des pécheurs.

Saint-Basile dit : « Dieu a ouvert aux pécheurs une maison de santé publique : le Réceptacle des pécheurs »

Ma Souveraine, si donc je recours à Toi, Tu ne peux me chasser pour mes péchés, mieux, puisque Dieu T’a créée comme le refuge des plus méprisables, comme je suis beaucoup méprisable, j’ai beaucoup plus besoin d’être accueilli sous Ta protection.

O Marie, je recours à Toi et je me mets sous ton manteau. Tu es le Refuge des Pécheurs, Tu es l’espérance de mon salut. Si Tu me rejettes, où irai-je ? (Visite XVIII à Marie).

5. Pour s’inscrire à la Confraternité du SS. Rosario l’on ne demande pas d’être des saints.

L’on ne demande pas non plus de ne pas être irrégulier, une condition par exemple que l’on exige pour être parrain ou marraine.

N’importe qui peut s’inscrire, même le plus grand pécheur de ce monde, pourvu qu’il ait l’intention de réciter le Saint Rosaire (les 15 mystères) dans l’arc d’une semaine.

À peine l’on ouvre la porte à Notre-Dame, aussitôt Elle s’engage à faire le reste.

Selon le bienheureux Dominicain Alain de la Roche, les associés sont

« traités par Jésus et par Marie, avec une affection et une tendresse singulières comme

frères et fils bien-aimés,

avec la promesse de toute assistance et faveur spéciales dans la vie, dans la mort et après la mort.

6. Quelle grande grâce, chère Marie Rosa, t’a obtenue notre Dame.

Ce lien que même loin du Seigneur tu as toujours préservé avec Notre-Dame t’a obtenu d’être traitée par Jésus et Marie, avec une affection et une tendresse singulières comme sœur et fille bien-aimée, avec la promesse de toute assistance et faveur spéciales dans la vie, dans la mort et après la mort.

7. Toujours, mais de manière particulière quand tu en as un besoin particulier, fais appel à cette promesse d’être aidée avec toute l’assistance et la faveur spéciales.

Je Te remercie pour le témoignage, te bénis et je prierai le Seigneur pour toi.

Père Ange


Traducteur : Isaac Pierre Bangoret 

Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Espagnol Français Allemand Portugais