Question

Bonjour Père Angelo,

Je vous écris pour vous demander une explication sur la pratique des cinq samedis du mois que je serais intéressé à pratiquer. J’ai lu que la pratique consiste à se confesser, à communiquer, à réciter le Rosaire et à méditer ses mystères pour le premier samedi de cinq mois consécutifs. 

Mon doute est à propos de la succession des différentes phases qui composent la pratique: est-elle figée comme j’ai précédemment mentionné ou par exemple, puis-je réciter le Rosaire avant la communion, ou méditer les mystères le matin et réciter le Rosaire heures après la communion?

En définitive, je voulais savoir si la succession des phases est à respecter ou s’y-a-t-il une flexibilité de sorte que la pratique se réalise pendant les heures du samedi? 

Une deuxième question est sur la récitation du Rosaire: réciter le chapelet signifie dire le Rosaire en entier avec les quatres mystères?

Je vous remercie d’avance pour le temps que vous me consacrez. 

Un salut

Thomas

____________________________________________________________________

Réponse du prêtre

Cher Thomas,

Je profite de l’occasion de ton email pour faire la clarté non seulement sur le Rosaire mais aussi sur son contenu et sa structure.

  1. Les mystères (c’est-à-dire les événements de la vie de Jésus) du Rosaire sont 15.

Ils se distinguent en joyeux, douloureux et  glorieux.   

Tous ensembles, avec le Notre Père et le Gloire au Père, ils constituent 150 Je vous salue Marie. 

Et c’est pourquoi le Rosaire a été également défini comme le Psautier Marial en analogie avec le Psautier de David (celui rapporté par l’Ecriture Sainte) constitué de 150 psaumes. 

La triple composition du Rosaire comprend, pour chacune des parties, 5 mystères.

Un chapelet du Rosaire est de 50 Je vous salue Marie. Donc, le chapelet est une des trois parties qui composent le Rosaire. 

Il reste également établi que la récitation du Rosaire en entier comporte la récitation de 15 mystères et non de 20.

  1. Avec l’introduction des cinq mystères lumineux par Jean Paul II, on a fait confusion en portant entièrement  le Rosaire à 20 dizaines.

Voici ce qu’a dit Jean Paul II:  «Pour que l’on puisse dire de manière complète que le Rosaire est un “résumé de l’Evangile”, il convient donc que, après avoir rappelé l’incarnation et la vie cachée du Christ (mystère joyeux), et avant de s’arrêter sur les souffrances de la passion (mystères douloureux), puis sur le triomphe de la réSurrection (mystères glorieux), la méditation se tourne aussi vers quelques moments particulièrement significatifs de la vie publique (mystères lumineux). Cet ajout de nouveaux mystères, sans léser aucun aspect essentiel de l’assise traditionnelle, comme une authentique introduction aux profondeurs du Coeur du Christ, abîme de joie et de lumière, de douleur et de gloire» (Rosarium Virginis Mariae, 19).

  1. Il faut souligner certaines expressions du Saint Pape sur les mystères lumineux.

Il a dit: «Il convient». Il n’a pas dit qui est obligatoire.

4. Il a aussi dit: «sans léser aucun aspect essentiel de l’assise traditionnelle» de cette prière. Par conséquent, l’organisation traditionnelle du Rosaire formée par 15 mystères et donc par 15 dizaines ou 150 Je vous salue Marie, reste immuable.

La Pape savait bien que les membres de la Confrérie du Saint Rosaire s’engagent à réciter un Rosaire par entier, c’est-à-dire 150 mystères en une semaine. Il n’a pas dit qu’ils devaient en réciter 20.

Il a aussi réaffirmé: «sans  léser aucun aspect essentiel de l’assise traditionnelle» de cette prière.

5. Jean Paul II a donné la permission de remplacer la triple composition par les mystères lumineux en disant:  «Il convient». Oui, d’accord c’est très pratique. Personnellement, je récite chaque jour ces mystères et j’en trouve l’avantage.

6. La pratique des cinq premiers samedis introduite par le message de Fatima requiert la récitation de la triple composition du Rosaire, c’est-à-dire du chapelet de 5 mystères.

7. En outre, la méditation des mystères ne se fait pas avant la récitation du Notre Père et des Je vous salue Marie, mais au cours de la récitation.

Jean Paul II a réaffirmé ce qu’avait déjà écrit Paul VI dans Marialis cultus:«Par nature, la récitation du Rosaire exige que le rythme soit calme et que l’on prenne son temps, afin que la personne qui s’y livre puisse mieux méditer les mystères de la vie du Seigneur, vus à travers le coeur de Celle qui fut la plus proche du Seigneur, et qu’ainsi s’en dégagent les insondables richesse» (Rosarium Virginis Mariae, 12).

«puisse mieux méditer»

  1. Pendant la récitation de la dizaine, on doit faire trois choses:

D’abord, on reconstruit la scène mentionnée dans le mystère. Et on essaie de la reconstruire en nous la faisant raconter par la Madone.

Deuxièmement, on remercie Jésus-Christ pour l’événement accompli à notre avantage. 

Troisièmement, on remercie Dieu le Père pour les mérites que le Christ nous a procurés par cet événement-là et que pendant la récitation de la dizaine Il met entre nos mains pour qu’ils soient les prix avec lesquels nous accompagnons notre prière.

9. La réalisation de ces trois choses constitue la contemplation ou la méditation des mystères du Saint Rosaire. S’il n’y a pas de contemplation, on ne dit que des belles prières. On peut aussi dire qu’on a récité le Rosaire matériellement.

Mais, il faut préciser que la partie la plus précieuse et la plus nutritive lui a manqué: la contemplation.

10. Jean Paul II a rappelé que «c’est précisément à partir de Marie que le Rosaire est une prière nettement contemplative. Privé de cette dimension, il en serait dénaturée, comme le soulignait Paul VI: “Sans la contemplation, le Rosaire est un corps sans âme, et sa récitation court le danger de devenir une répétition mécanique de formules et d’agir à l’encontre de l’avertissement de Jésus “Quand vous priez,ne rabâchez pas comme les païens; ils s’imaginent qu’en parlant beaucoup, ils se feront mieux écouter” (Mt 6, 7)» (Rosarium Virginis Mariae, 12).

Je te remercie du mail qui m’a donné l’occasion de préciser aux plusieurs visiteurs comment il fait réciter le Saint Rosaire.

Je te rappellerai au Seigneur et à la Vierge Marie dans la prochaine prière que je ferai avec le chapelet du Rosaire et je te bénis.

Père Angelo

Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Espagnol Français Allemand Portugais