Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Espagnol Français Allemand Portugais

Question

Bonjour Père Ange

Je voulais juste vous demander ceci… Quand nous sommes tentés par le diable (et cela m’est arrivé plus que jamais) mais que nous lui résistons, le Seigneur considère-t-il que nous n’avons pas succombé au péché ou nous retient-il faibles pour le fait d’avoir permis à Satan de nous tenter ?

Ces jours-ci, j’ai été tenté à maintes reprises par Satan, mais je lui ai toujours résisté, seulement qu’au moment où j’étais perturbé par le Malin, je me sentais mal et loin de Dieu, même si mon autocontrôle a prévalu sur la tentation et j’ai commencé à prier.

Merci Andrea.

Que soit loué Jésus-Christ


Réponse du prêtre

Cher Andrea

1. Le Seigneur tient compte aussi bien du combat que de la violence des tentations

Cependant, il nous garantit toujours une force supérieure à celle des tentations.

C’est la force qui vient de la grâce et de l’aide du Paradis. C’est une force surnaturelle.

2. Les tentations, au contraire, aussi violentes qu’elles soient, n’ont jamais la force surnaturelle.

Elles peuvent, en fait, venir de nous-mêmes ou des autres. Et jusqu’à ce jour, leur force n’est que d’ordre naturel.

3. Il peut avoir des tentations qui viennent du démon, lequel, ayant une nature angélique, possède une nature supérieure à la nôtre.

Cependant, la nature angélique en tant que telle n’est pas d’ordre surnaturel, c’est-à-dire d’ordre divin.

Elle est supérieure à la nature humaine et pour cette raison, elle est dite préternaturelle, aussi forte soit-elle, elle n’est pas comparable à la force qui vient de Dieu, c’est-à-dire du surnaturel.

4. Quant à leur supériorité, face aux tentations, même les plus fortes, comme celles de tout l’enfer réuni, le Seigneur nous concède la grâce, qui est d’ordre surnaturel.

Saint Thomas assure que le moindre degré de grâce est suffisant pour anéantir toute tentation: « Le moindre degré de grâce est capable de résister à n’importe quelle concupiscence et à mériter la vie éternelle » (somme théologique. III. 6 à 3).

Ce qui équivaut à dire que si on a un degré d’amour pour le Seigneur aussi petit soit-il, il est suffisant pour nous donner la force de surmonter n’importe quelle tentation.

5. Quand une personne se dit à soi-même : « Allons (Ne te laisse pas abattre) ! Surmonte la tentation. Fais-le par amour pour Jésus-Christ  » Il sent immédiatement qu’il lui arrive une force surprenante. Elle est surprenante parce qu’elle d’ordre surnaturel.

6. Je voudrais également ajouter ceci : on peut aussi dire que le degré minimum d’amour pour Notre-Dame est suffisant pour surmonter n’importe quelle épreuve et tentation.

On pourrait aussi dire en pareille circonstance : « Allons (Ne te laisse pas abattre) ! Surmonte la tentation. Fais-le par amour pour Notre-Dame » et ressentir la même force.

Abondant dans le même sens, Saint-Bernard disait : « Si surgissent les vents de la tentation, si tu es exposé aux écueils des tribulations, regarde l’étoile, invoque Marie (respice Stellam, voca Mariam)

Avec la force qui vient de l’amour pour Jésus-Christ et de l’amour pour Notre-Dame, je te souhaite de surmonter toute tentation, je te bénis et je penserai à toi dans ma prière au Seigneur.

Père Ange

Traducteur : Isaac Pierre Bangoret