Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Français

Question

Cher Père Angelo,

au terme d’une réunion catéchistique à laquelle j’ai assisté récemment, concernant l’expiation des conséquences des péchés après la mort, même ceux pardonnés en confession, l’orateur a soutenu que le chemin de foi qu’on fait sur la terre est déjà en soi une purification qui ne nécessite pas aucune autre pénitence, niant ainsi efficacement l’existence du purgatoire. Selon lui, le fait que le Christ lui-même utilise des images très fortes, par exemple quand Il parle de la Gehenna, est dû à une nécessité imposée par la langue sémitique/ hébreu qui utilisait beaucoup d’images, et donc cela ne signifie pas l’existence du purgatoire ou de l’enfer.

Enfin, il a déclaré qu’il y a deux positions théologiques différentes au sein de l’église concernant les Novissimi.

Ces déclarations m’ont laissé perplexe, d’autant plus que l’orateur est une personne de l’église ayant un rôle d’une certaine importance. Pouvez-vous me donner votre avis?

Merci.

Letizia


Réponse

Chère Letizia,

1. je reprends les différentes affirmations de l’orateur que tu définis comme “une personne de l’église ayant un rôle d’une certaine importance”.

La première déclaration: “a soutenu que le chemin de foi qu’on fait sur la terre est déjà en soi une purification qui ne nécessite aucune autre pénitence, niant ainsi efficacement l’existence du purgatoire”. 

Notre chemin de foi peut être un itinéraire de purification. Mais on voit beaucoup de personnes qui ne sont pas du tout purifiées. Sans pointer le doigt sur les autres, je le pointe directement sur moi-même. 

C’est précisément la raison pour laquelle au début de chaque messe, nous disons: “j’ai péché en pensée, en parole, par action et par omission”.

Et c’est pourquoi saint Paul dit: “Seulement,  que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus. Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, à savoir Jésus-Christ. Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’oeuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’oeuvre de chacun. Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu” (1 Cor 3: 10-15).

2. La deuxième affirmation : “le fait que le Christ lui-même utilise des images très fortes, lorsqu’il parle par exemple de la Géhenne, est dû à une nécessité imposée par la langue sémitique/hébreu qui utilisait de nombreuses images, mais ne signifie pas en soi que le purgatoire ou l’enfer existent”.

C’est une lecture qui n’a aucun fondement.

Il ne suffit pas de lancer une phrase, inventée par l’imagination, pour dire que c’est le cas.

Mais surtout, quel besoin y aurait-il eu pour le Seigneur d’utiliser des expressions fortes pour indiquer une réalité qui n’existe pas ?

Serait-ce le grand Maître que nous suivons ?

3. Par ailleurs, pour répondre à ce que me dit l’homme d’église dont vous parlez, il faut se tourner vers la foi des apôtres et des premières communautés chrétiennes.

Car notre foi est la même que celle des apôtres.

Que voulaient donc dire les apôtres par ces expressions fortes du Seigneur ?

Que la réalité est telle qu’on l’a toujours crue et telle qu’on la croit encore aujourd’hui.

4. Le critère de compréhension de l’Écriture n’est pas notre propre imagination, mais ce qui a toujours, par tous et partout été cru (quod semper, quod ubique et quod ad omnibus creditum est).

C’était le critère des Saints Pères pour vérifier la vraie doctrine. Et c’est le critère de l’Église de toujours, qui est vivifiée et illuminée par le même Esprit Saint.

5. L’orateur a également déclaré que “dans l’Église, il existe deux positions théologiques différentes concernant les Novissimi”.

Cet orateur a oublié de dire qu’il n’y a qu’une seule doctrine.

Il n’y a pas deux doctrines, mais une seule.

Et c’est celle enseignée par le Magistère.

Ensuite, il y a les écoles de théologie.

Maintenant, les écoles de théologie ne sont pas seulement au nombre de deux, mais de plusieurs.

Et pourtant, aucune école de théologie n’a la valeur d’une doctrine.

Car la doctrine est garantie par l’Esprit Saint, alors que les écoles de théologie n’ont pas reçu cette garantie.

6. Quand le Catéchisme de l’Église catholique dit : ” L’Église appelle Purgatoire cette purification finale des élus, qui est tout à fait différente du châtiment des damnés. L’Église a formulé la doctrine de foi concernant le Purgatoire surtout dans les Conciles de Florence et de Trente. La Tradition de l’Église, se référant à certains passages de l’Écriture, parle d’un feu purificateur” (CEC 1031) ne se réfère pas à deux écoles théologiques, mais à ce qu’est la pensée juste.

7. De même en ce qui concerne l’enfer.

Il suffit de lire ce que dit le Catéchisme de l’Église catholique : “Nous ne pouvons être unis à Dieu que si nous choisissons librement de l’aimer. Mais nous ne pouvons pas aimer Dieu si nous péchons gravement contre lui, contre notre prochain ou contre nous-mêmes : « Celui qui n’aime pas demeure dans la mort.  Car si quelqu’un déteste son frère, c’est un meurtrier, et vous savez qu’aucun meurtrier ne possède en lui la vie éternelle » (1 Jean 3:15) “. Notre Seigneur nous avertit que nous serons séparés de lui si nous ne recourons pas aux pauvres et aux petits qui sont ses frères dans leurs graves besoins. Mourir dans le péché mortel sans se repentir et sans accepter l’amour miséricordieux de Dieu, c’est être séparé de lui pour toujours par notre propre choix. Et c’est cet état d’auto-exclusion définitive de la communion avec Dieu et les bienheureux qui est désigné par le mot “enfer” (CEC 1033). « Jésus parle à plusieurs reprises de la “Géhenne”, le “feu inextinguible”, réservé à ceux qui jusqu’à la fin de leur vie refusent de croire et de se convertir, et où peuvent périr l’âme et le corps. Jésus annonce en des termes sévères que « Le Fils de l’homme enverra ses anges et ils élimineront de son royaume tous ceux qui incitent les autres à pécher et ceux qui font le mal.  Ils les précipiteront dans la fournaise ardente » (Mt 13 :41-42), et qu’il prononcera la condamnation : « Retirez-vous loin de moi, vous que Dieu a maudits » (Mt 25 :41) ” (CEC 1034).

8.Et en particulier : “L’Église dans son enseignement affirme l’existence de l’enfer et son éternité.

Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatement après la mort en enfer, où elles subissent les punitions de l’enfer, le “feu éternel”.

La peine principale de l’enfer consiste dans la séparation éternelle d’avec Dieu, en qui seul l’homme peut avoir la vie et le bonheur pour lesquels il a été créé et auxquels il aspire” (CEC 1035).

9. Le Catéchisme ajoute : “Les affirmations de la Sainte Écriture et les enseignements de l’Église concernant l’enfer sont un appel à la responsabilité avec laquelle l’homme doit user de sa liberté en vue de sa destinée éternelle.

Elles sont en même temps un appel pressant à la conversion : « Entrez par la porte étroite; en effet, large est la porte et facile la route qui mène à la perdition. Nombreux sont ceux qui s’y engagent. Mais étroite est la porte et difficile le sentier qui mène à la vie ! Qu’ils sont peu nombreux ceux qui les trouvent ! »  (Matthieu 7, 13-14) ” (CEC 1036).

En un mot, c’est tout le contraire de ce qu’a dit l’homme d’Église qui est venu parler parmi vous.

Désolé pour lui, désolé pour les personnes qui ont dû entendre ces choses et qui ont dû se sentir confuses et même désolées, comme tu l’as fait.

Je te remercie de m’avoir donné l’occasion de présenter à nouveau la doctrine de l’Église, je te rappelle au Seigneur et je te bénis.

Père Angelo