Révérend Père,

(…) le moment de tout quitter et de suivre le Seigneur est maintenant proche.

Depuis quelque temps, je ne me sens plus attiré par ce monde incompréhensible, déraisonnable et athée ; je suis donc désolé pour le saint peuple de Dieu, dans cette phase historique ballotté par les vents à tribord et à gauche, sans capitaines ni guides.

Et donc, à ce stade, tout ce que je peux faire, c’est prier pour que je puisse garder le fil droit, en restant fidèle à ma vocation.

Je dois cependant avouer que je crains parfois de ne pas pouvoir à l’avenir contenir les vagues mues par ces vents, surtout si je dois m’occuper des âmes : je me confie aux bons offices de la Vierge, que je vénère avec ferveur avec le terme sedes sapientiae, et à ceux de saint Thomas, l’ami de tous les temps et certain maître de la doctrine.

(…) Je continuerai aussi à prier pour que d’autres comme moi soient bien guidés, stimulés et incités à suivre le Christ intégralement et que d’autres ouvriers de la vigne se lèvent, préparés, fidèles, justes et miséricordieux : le peuple de Dieu a besoin de ces gens.


Très cher,

En ce qui concerne vos craintes d’être ballotté ici et là par les différents courants également au sein de l’Église, je suis de plus en plus convaincu que la boussole qui nous guide pour rester fidèles à notre vocation d’annonce et de témoignage de l’Évangile est la vie de la grâce, cultivée toujours plus et toujours mieux.

Les courants auxquels je fais allusion ne sont pas ceux qui peuvent exister entre la pensée de saint Thomas ou de Duns Scot, entre les écoles dominicaine et franciscaine. Parce que c’est ce pluralisme légitime et juste qui enrichit et rend plus splendide l’ensemble de l’Église, même dans sa doctrine.

Je me réfère plutôt à ces courants qui détournent, qui font dire à certains que c’est selon Dieu et donc sanctifiant ce comportement qui au contraire est par nature pécheur et donc éloigne de Dieu et des voies de la sanctification. Et c’est bien en référence à cela que vous exprimez une certaine crainte pour votre avenir.

2. Alors, que pouvez-vous faire pour vous garder dans la vérité et être parmi ceux pour qui Jésus a prié lors de la dernière Cène en disant : “Père, consacre-les dans la vérité” (Jn 17, 17) ?

Je crois que la réponse se trouve clairement dans ce numéro du Catéchisme de l’Église catholique qui parle de la béatitude des cœurs purs pour lesquels Jésus a promis la vision de Dieu : “Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu” (Mt 5, 8).

3. Le Catéchisme de l’Église catholique écrit : “Les “purs de cœur” sont ceux qui ont accordé leur intelligence et leur volonté aux exigences de la sainteté de Dieu, dans trois domaines avant tout : la charité, la chasteté ou la justice sexuelle, l’amour de la vérité et l’orthodoxie de la foi”.

Et il conclut en disant : “Il y a un lien entre la pureté du cœur, du corps et de la foi” (CCC 2518).

4. Trois sont donc les vertus caractéristiques des cœurs purs et qui sont intimement liées les unes aux autres : la charité, la pureté (chasteté) et l’amour de la vérité, la pureté de la foi, qui est intimement liée à l’humilité.

5. La charité avant tout.

La charité apporte en effet la présence personnelle de Dieu en nous et nous fait entrer en Dieu, selon ce que dit Saint Jean : “Celui qui demeure dans la charité demeure en Dieu et Dieu demeure en lui” (1 Jn 4, 16). (1 Jn 4:16). Dieu reste comme une lumière particulièrement brillante dans l’âme en grâce et empêche ceux qui ont la vraie charité de dévier ou de rester dans l’obscurité de l’erreur. Saint Dominique, lorsque quelqu’un fut frappé par son sermon et lui demanda où il avait appris toutes ces belles choses, lui répondit qu’il les avait apprises dans le livre de la charité.

6. Pour préserver la pureté de la foi, il faut ensuite que les pensées, les sentiments, les regards, les mots et les actions soient purs.

Saint Albert le Grand, un dominicain, dit que “l’âme qui n’a jamais obéi aux convoitises charnelles possède une intelligence plus pure et est mieux disposée pour les choses célestes” (cf. v. bernadot, L’Ordre des frères prêcheurs, 3, 4). Ce qui revient à dire : il est mieux disposé à trouver la vérité et à y rester. À cet égard, nous ne devons jamais oublier ce que notre Sauveur a dit : “La lumière est venue dans le monde, mais les hommes ont aimé les ténèbres plus que la lumière, car leurs œuvres étaient mauvaises. Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient pas à la lumière de peur que ses œuvres ne soient réprouvées” (Jean 3.19-20).

Cela signifie que les erreurs de doctrine sont très souvent précédées d’erreurs dans la vie morale, de sorte que l’esprit s’assombrit et ne voit plus clairement la vérité.

7. Troisièmement, le Catéchisme de l’Église catholique dit qu’il doit y avoir l’amour de la vérité et l’orthodoxie de la foi. L’amour de la vérité est sincère lorsqu’il s’accompagne de douceur et d’humilité. Saint Thomas dit que la douceur “prépare l’homme à la connaissance de Dieu” (Summa Theologica, II-II, 157, 4, ad 1). En rendant l’homme maître de lui-même, elle l’amène à ne pas contredire les paroles de la vérité, “ce que beaucoup font poussés par la colère” (Ib.). L’humilité, en revanche, le rend soumis et ouvert à recevoir la grâce divine (Ib., II-II, 161, 5 ad 2).

8. Voici ce qu’il faut pour que vous ne vous écartiez pas de la vérité malgré les vents contraires. Son onction, qui prend la forme de la charité, de la pureté et d’un amour sincère pour la vérité, vous maintiendra dans la vérité. En un mot, vous avez besoin d’une vie intérieure forte et intense. Ce que Notre Seigneur a dit est toujours vrai, c’st à dire que chacun parle selon l’abondance de son cœur (Mt 12, 34) et de sa vie. À cet égard, on peut également dire que vous les reconnaîtrez à leurs fruits (dans ce cas, les fruits sont les enseignements).

Je vous assure de ma prière pour votre persévérance usque ad mortem sur le chemin vers lequel le Seigneur vous a appelés.

Je vous embrasse fraternellement et vous bénis.

Père Angelo

Questo articolo è disponibile anche in: Italien Espagnol Français