Bonsoir, mon père,

Je voudrais vous demander ceci : étant convaincu, comme vous l’avez expliqué, de la conscience de soi de Jésus dès sa conception, comment faut-il lire les mots “il a grandi en sagesse… devant Dieu et les hommes” ?

Par ailleurs, que signifie la connaissance que Jésus a des affaires humaines ? Je vous remercie d’avance.


Très cher,

1. je vous rapporte les jugements des Saints Pères recueillis auprès de saint Thomas sur ce point.

Saint Thomas, persuadé comme il l’était que le Christ a eu une pleine conscience de lui-même dès le premier instant de son existence et, en effet, que dès ce premier instant il a eu une connaissance parfaite, dit qu’il a grandi en sagesse et en grâce dans sa manifestation devant les hommes.

2. Dans la Catena Aurea, saint Thomas rapporte la pensée de Théophylle d’Ocrida, un précepteur du XIe siècle qui a vécu à la cour de Constantinople et qui a laissé un précieux commentaire sur les Évangiles et de nombreuses homélies : “Mais certains disent : En quoi peut-il être égal au Père en substance dont on dit qu’il grandit comme s’il était imparfait ?

Mais il n’est pas dit qu’il acquiert la croissance en ce qu’il est le Verbe, mais en ce qu’il est devenu homme.

Et s’il a effectivement progressé après être devenu homme, celui qui était auparavant imparfait, pourquoi lui rendons-nous grâce dans la mesure où il s’est incarné pour nous ?

De quelle manière, s’il est la vraie sagesse, peut-il augmenter en sagesse ?

Ou bien comment celui qui accorde la grâce aux autres peut-il lui-même avancer dans la grâce” ?

Et voici la réponse : “Le Verbe parfait s’est fait homme en étant la vertu et la sagesse du Père.

Mais comme il a dû prendre les traits de notre nature pour ne pas être considéré comme quelque chose d’étrange par ceux qui le voyaient, en tant qu’homme, il s’est manifesté comme quelqu’un qui grandit dans son corps et a été estimé chaque jour comme plus sage par ceux qui l’ont entendu et vu”.

La croissance se trouvait donc dans sa manifestation et dans la compréhension de ceux qui le voyaient.

3. Saint Grégoire Nazianzen, l’un des quatre grands docteurs de l’Église d’Orient, pensait également de la même façon : “On dit qu’il a progressé selon l’humanité, non pas parce qu’il a reçu une croissance déjà parfaite dès le début, mais parce qu’il s’est manifesté peu à peu”.

4. Enfin, il rapporte la pensée commune des Orientaux : “Il a grandi en fonction de l’âge, d’abord dans le corps, faisant avancer le corps vers l’état viril ; dans la sagesse par ceux qui ont été instruits par lui dans les choses divines ; dans la grâce par laquelle nous sommes élevés.

Il a grandi en sagesse en communiquant aux hommes la sagesse et la grâce.

5. La phrase traditionnelle est résumée comme suit par un bibliste du XXe siècle, le Dominicain Mark Sales :

“Il a progressé en sagesse. En Jésus-Christ, en plus de la connaissance divine, qui lui appartient en tant que Dieu, il y a aussi la connaissance humaine, qui lui appartient en tant qu’homme. Il est clair que les paroles de l’évangéliste font référence à la connaissance humaine.

Mais les théologiens distinguent en Jésus-Christ une triple science créée : la science bénie, par laquelle l’âme de Jésus voit l’essence de Dieu et toutes choses en elle ; la science infuse, par laquelle elle connaît toutes choses par des formes intelligibles reçues immédiatement de Dieu ; la science acquise ou expérimentale, par laquelle elle connaît les choses par des formes intelligibles abstraites des choses sensibles.

Dès le premier instant de sa conception, Jésus a béni la connaissance et infusé des connaissances dans toute leur plénitude et leur perfection, et en elles il n’a fait aucun progrès.

Par contre, dans les connaissances acquises, Jésus progressait toujours en proportion, à mesure que ses sens se perfectionnaient et recevaient de nouvelles impressions.

En âge. Le grec elikìa peut signifier soit l’âge, soit la stature. Ce deuxième sens est plus probable.

Dans la grâce. La grâce de Jésus a progressé non pas en fonction de l’extérieur, qui était parfait et immuable, mais en fonction des effets, c’est-à-dire qu’en vieillissant, Jésus a accompli des œuvres de plus en plus merveilleuses, qui étaient de plus en plus reconnaissantes à Dieu et l’ont rendu plus acceptable pour les hommes”.

En vous souhaitant une croissance toujours plus grande dans la sagesse, dans la grâce et dans l’accumulation des années, je me souviens de vous auprès du Seigneur et je vous bénis.

Père Angelo

Questo articolo è disponibile anche in: Italien Espagnol Français