Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Espagnol Français Allemand Portugais

Cher Père Angelo,

Je m’appelle Alessandro et je vous ai écrit plusieurs fois.

Je réfléchissais à la théologie négative, en particulier à la vision béatifique.

C’est saint Thomas d’Aquin qui a conclu la question de la connaissabilité et de l’inconnaissabilité de Dieu en élaborant le concept de vision inclusive, qui est exclusive à Dieu car elle embrasse l’essence infinie de Dieu, et seul Dieu peut se comprendre dans son infinité. La vision béatifique aura donc lieu en fonction des mérites et des limites de chaque personne, bien qu’elle soit prolongée par la lumen gloriae.

Pourtant, je n’ai jamais compris en quoi consiste la vision de Dieu “tout, mais pas totalement”, cela me semble un non-sens par rapport à la substance divine qui est simple : soit on ne la voit pas du tout, soit on la voit totalement, car elle ne peut pas être décomposée.

Ma première question est donc la suivante : comment distinguer la vision béatifique, qui est possible pour la créature, de la vision globale ?

Une deuxième question concerne la vision pleine elle-même : elle ne peut pas être comprise par Dieu, elle n’appartient donc qu’à Dieu. Mais est-il impossible de connaître Dieu totalement avec le seul intellect, ou aussi d’entrer en contact avec la nature de Dieu dans toute son infinité, sous peine d’être balayé par sa puissance infinie ? Laissez-moi mieux expliquer : si un Ange ou un homme avait pour un seul instant une vision compréhensive, ne serait-il pas capable de comprendre Dieu uniquement avec l’intellect et de survivre, ou serait-il complètement anéanti ?

Merci beaucoup et meilleures salutations


Cher Alessandro,

1. pour nos visiteurs, je dis tout de suite que par théologie négative, nous entendons que nous connaissons, oui, Dieu, mais qu’il reste toujours supérieur à ce que nous avons compris de lui et que nous comprenons de lui plus ce qu’il n’est pas que ce qu’il est. Il faudrait être Dieu lui-même pour le comprendre pleinement. Mais cela est impossible car notre intelligence, aussi élevée soit-elle par la lumière de la foi dans la vie présente et par la lumière de la gloire dans la vie future, est toujours une intelligence créée, finie, limitée et donc pas infinie comme celle de Dieu.

2. Deuxièmement, quand on dit que Dieu est inconnaissable, cela ne signifie pas que nous ne savons rien, mais qu’Il est infiniment plus élevé que ce que nous comprenons. C’est pourquoi l’Écriture Sainte dit que Dieu habite dans une lumière inaccessible. C’est saint Paul qui rappelle à Timothée : “Je te commande de garder le commandement sans défaut et sans reproche jusqu’à la manifestation de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, au moment fixé, nous sera montré par Dieu, le bienheureux et unique Souverain, le Roi des rois et Seigneur des seigneurs, le seul qui possède l’immortalité et qui habite une lumière inaccessible. (1 Tim 6:14-16). Saint Thomas n’est donc pas le premier à faire cette affirmation.Au contraire, les Saints Pères, qui chronologiquement sont tous antérieurs à saint Thomas, en étaient fortement convaincus.

3. Mais nous en arrivons maintenant à la pensée de saint Thomas.Il dit que seul Dieu se connaît (se comprend) parfaitement.

Et voici la raison : “Une chose est comprise … lorsqu’elle est connue aussi parfaitement qu’elle est connaissable. (…). Il est maintenant évident que Dieu se connaît aussi parfaitement qu’il est connaissable” (Summa Theologica, I, 14, 3).

4. Partant de l’affirmation de Saint Jean, qui affirme que nous verrons Dieu tel qu’il est (1 Jn 3, 2), Saint Thomas conclut que nous connaîtrons certainement l’essence de Dieu à partir de là. Dans son argumentation, il écrit : “Ce qui en soi est suprêmement connaissable, par un certain intellect peut ne pas être connaissable à cause de la disproportion entre l’intelligible et cet intellect ; comme le soleil, qui est visible au plus haut degré, ne peut être vu par la chauve-souris, à cause de l’excès de lumière. Sur la base de cette réflexion, certains ont soutenu qu’aucun intellect créé ne peut voir l’essence de Dieu. Mais c’est inadmissible. Car puisque la béatitude ultime de l’homme consiste en son opération la plus élevée, qui est l’opération intellectuelle, si l’intellect créé ne peut en aucune façon connaître l’essence de Dieu, soit il n’atteindra jamais la béatitude, soite elle consistera en autre chose que Dieu. Et cela va au contraire de la foi” (Summa Theologica I, 12, 1).

5. Néanmoins, l’homme, même au Paradis, ne peut pas le comprendre parfaitement Parce que “comprendre une chose, c’est la connaître parfaitement.On sait alors parfaitement ce que l’on sait autant qu’on peut le savoir.(…) Or, aucun intellect créé ne peut atteindre ce degré parfait de connaissance de l’essence divine selon lequel il est connaissable.

(…) Aucun intellect créé ne peut connaître Dieu à l’infini. En effet, un intellect créé connaît plus ou moins parfaitement l’essence divine selon qu’elle est perfusée d’une lumière de gloire plus ou moins grande.

Par conséquent, puisque la lumière de la gloire reçue dans toute intelligence créée ne peut être infinie, il est impossible pour une intelligence créée de connaître Dieu à l’infini. Il lui est donc impossible de comprendre Dieu” (Summa Theologica, I, 12, 7).

6. Il précise ensuite : “Le mot “compréhension” est compris de deux façons. Première façon : au sens strict et propre, cela signifie que quelque chose est contenue dans celui qui comprend. Et en ce sens, Dieu n’est compris en aucune façon, ni par une intelligence ni par quoi que ce soit d’autre ; car étant infini, il ne peut être enfermé par un être fini, de sorte que l’être fini le contient dans son infinité illimitée. Et c’est d’une telle compréhension qu’il s’agit maintenant.

Deuxième voie : le terme “compréhension” est également pris dans un sens plus large lorsqu’il désigne le contraire de la tendance. Car celui qui a tendu la main à quelqu’un, quand il s’y accroche, est dit l’avoir (com)pris. Dans ce sens, il est dit que Dieu est pris ou compris (atteint) par le bienheureux, selon la parole du Cantique des Cantiques : “Je l’ai saisi, et je ne le quitterai pas (Ct 3,4)”. Dans ce sens, il faut comprendre les citations de l’Apôtre” (Ib., ad 1).

7. Et : “L’adverbe totally (totaliter) se réfère à l’objet connu ; pas déjà dans le sens où la totalité de l’objet ne relève pas de la connaissance, mais parce que le mode de l’objet n’est pas le mode de celui qui sait. Celui qui voit donc Dieu dans son essence, voit en lui qu’il existe infiniment et qu’il est infiniment connaissable” (Ib., ad 3) et donc supérieur à sa capacité de compréhension parfaite.

8. La compréhension de Dieu et la vision béatifique ne sont pas deux réalités différentes, mais coïncident en fait. “La compréhension n’est pas une opération différente de la vision : mais elle indique une certaine relation avec la fin telle qu’elle est maintenant atteinte” (Summa Theologica, I-II, 4, 3, ad 3). La vision béatifique est le moment où Dieu entre dans notre esprit, qui a entre-temps été habilité à le recevoir par la lumière de la gloire, et nous permet de le connaître. Il entre dans tout, mais sans que nous le comprenions totaliter (totus sed non totaliter).

Je souhaite que vous soyez un jour parmi les compréhenseurs de Dieu à travers la vision béatifique, je me souviens de vous auprès du Seigneur et je vous bénis.

Père Angelo