Bonjour, cher Père Angelo,

Je m’appelle Andrea, j’ai 26 ans et je vous ai déjà écrit à plusieurs reprises dans le passé. J’en ai tiré un grand bénéfice et je profite de l’occasion pour vous renouveler mes compliments pour le service très précieux que vous rendez. Je vous écris pour essayer d’avoir une suggestion, dans la mesure du possible, sur le moment de ma vie de foi. Je fais une brève prémisse pour essayer de mieux cerner la situation. Après une adolescence loin de Dieu, je me suis converti grâce au témoignage de ma fiancée après une période de souffrances, de doutes et d’angoisse sur le sens et la direction de ma vie, où j’ai vécu ce que le psalmiste appelle l’abîme du cœur de l’homme. Eh bien, dès que je suis revenu à la grâce de Dieu, toutes mes angoisses et mes ténèbres se sont immédiatement dissoutes. Ces six dernières années, j’ai vraiment vécu avec la douceur du Christ dans mon cœur. J’essaie de mener ma vie chrétienne avec le soin qui est dû à un cheminement de foi (attention à ma vie de grâce, engagement vécu dans la chasteté avec ma fiancée, prière et chapelet quotidien, participation fréquente à la Sainte Messe même les jours de semaine, confession au moins une fois par mois, service au sein de la paroisse où je suis inséré et au sein du groupe dont je fais partie depuis le début de ma conversion, qui est la Jeunesse Franciscaine). Je ne dis pas cela pour faire une liste de mes qualités, j’ai mon néant bien devant moi et je sais que chaque bonne chose que nous faisons vient du Seigneur et nous n’en sommes que les canaux, mais simplement pour encadrer ma vie de foi. Depuis quelques mois, quelque chose a soudainement changé en moi. La douceur habituelle de mon cœur venant du Christ a fait place aux ténèbres, aux doutes et aux angoisses de la foi, un peu comme dans la période précédant ma conversion. Certes, ma vie de foi n’a pas connu de “glissments” ou de revers majeurs, du moins à mes yeux, mais je me demande de quoi il s’agit en ce moment. Je connais l’expérience de la sécheresse spirituelle des saints, mais je me sens absolument indigne de me comparer à de telles expériences. Pourtant, je ressens un déchirment humainement incroyable. Malgré ce moment d’obscurité, je sens que le Seigneur soutient chacun de mes pas, chacune de mes pensées, même dans la souffrance. Un instant, je suis triste, mais l’instant d’après, je me retrouve à bien faire mes services, à me dépenser pour les gens que je suis appelé à servir. Un instant je suis dans le doute, l’instant d’après je vois le Saint-Sacrement et je n’ai pas plus de certitude qu’il s’agit du corps du Christ. Disons simplement que mes émotions désobéissent à la certitude de la foi que Dieu m’inculque. Humainement parlant, j’ai eu envie de demander au Seigneur de mettre fin à cette croix (après tout, il y a ceux qui font face à des croix bien pires), mais je suis arrivé à la conclusion que la prière la plus agréable à Dieu en ce moment n’est pas de lui demander de m’enlever le fardeau de cette épreuve, mais de le porter avec lui. Seul Lui voit plus loin que moi et connaît le chemin de ma vie, Il connaît les moments de joie et les moments d’épreuve de ma vie, c’est à Lui de les dicter, c’est à moi de Le suivre. Je demande des conseils sur la façon de vivre ce moment, si je dois modifier quelque chose au cas où j’aurais “tort” à un moment donné.

Je vous salue affectueusement et me souviens de vous dans mes prières.


Cher Andrea,

1. je suis très heureux que vous ayez retrouvé le Seigneur grâce au témoignage de foi de votre fiancée.

Je suis également heureux de ce que vous m’avez écrit, c’est-à-dire qu’au moment où vous êtes revenu à la grâce de Dieu, toutes vos angoisses et vos ténèbres se sont immédiatement dissipées.

Comment pourrait-il en être autrement si Jésus disait : “Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie” (Jean 8:12) ?

2. C’est pourquoi vous avez pu écrire : “Ces six dernières années, je les ai vraiment vécues avec la douceur du Christ dans mon cœur”. Dimanche dernier encore (XXème Temps ordinaire, année c), dans la prière de la messe, le prêtre a demandé : “O Dieu, qui a préparé des biens invisibles pour ceux qui t’aiment, infuse en nous la douceur de ton amour…”. Nous, les croyants, comprenons bien cette expérience. On sent le Seigneur dans le cœur. C’est une présence vivante qui est en même temps la source de tout bien, de toute joie. La perte de cette présence, qui n’est pas comparable à la présence morale de ceux que nous aimons, nous fait immédiatement sentir vides, tristes, comme s’il manquait quelque chose. En fait, cette présence est une présence réelle, et pas seulement morale. C’est la prérogative exclusive de Dieu d’habiter personnellement dans le cœur d’une autre personne.

3. Vous me dites cependant que dans ces derniers temps, des moments de lumière et d’obscurité alternent dans votre âme, semblables à ceux que vous aviez avant votre conversion. D’après ce que vous m’écrivez, je vois que vous connaissez certains éléments de la théologie spirituelle et que vous connaissez l’existence de certaines purifications que le Seigneur envoie afin de rendre notre amour pour Lui plus fort et plus parfait. En fait, le Seigneur nous attire toujours par des liens de bonté comme il l’a dit par l’intermédiaire du prophète Osée : “Je les ai attirés par des liens de bonté, par des liens d’amour, j’étais pour eux comme celui qui élève un enfant à sa joue, je me suis penché sur lui pour lui donner à manger” (Os 11, 4).

4. Vous faites bien, cependant, de vous méfier et de penser que ce n’est pas une purification semblable à celles que vous lisez dans la vie des saints. En fait, vous me dites que vous vous sentez “absolument indigne” de pouvoir vous comparer à de telles expériences. C’est peut-être ce que saint Bernard, dont nous avons célébré la fête avant-hier, a observé lorsqu’il a commenté le verset du Cantique des cantiques : “Sur mon lit, pendant la nuit, j’ai cherché l’amour de mon âme ; je l’ai cherché, mais je ne l’ai pas trouvé” (Ct 3,1), et c’est un expédient que le Seigneur utilise pour que vous le cherchiez avec plus d’ardeur.

5. Saint Bernard dit textuellement : “Le marié ne s’est pas détourné de la voix et du désir de celui qui l’appelle.

Pourquoi donc fait-il cela ? Pour que le désir grandisse, pour que l’amour soit purifié, pour que l’expérience de l’amour soit plus longue. Ce n’est certainement pas de l’indignation, mais de la dissimulation” (“Non est reversus sponsus ad vocem et votum revocantis. Quare ? Ut desiderium crescat, ut probetur affectus, ut exerceatur amoris negotium. Sane ergo dissimulatio est, non indignatio”).

6. Donc, de votre côté, renouvelez la ferveur par le silence, la méditation, la prière, les actes d’amour continus, la mortification.Par le silence, car c’est dans le silence que Dieu parle à l’âme et touche son cœur. Par la méditation, principalement des textes sacrés, car comme le dit l’Écriture, “en méditatione mea exardescet ignis” (“en y repensant, le feu a éclaté”, Ps 39, 4). Par la prière. Il est intéressant de noter le témoignage de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus qui écrit dans l’Histoire d’une âme : “Parfois, si mon esprit est si sec qu’il m’est impossible de trouver une pensée pour m’unir au bon Dieu, je récite très lentement un “Notre Père” puis le salut angélique ; alors ces prières m’enchantent, elles nourrissent mon âme beaucoup plus que si je les avais récitées cent fois à la hâte” (Histoire d’une âme, 318).

Par des actes d’amour continus, c’est-à-dire en accomplissant explicitement un acte vertueux par amour du Seigneur parce que Dieu répond à l’amour par l’amour. Et enfin par la mortification (sacrifices) car comme le rappelle saint Thomas, la mortification est le ressort de la dévotion.

Avec le souhait que vous puissiez toujours faire l’expérience de la douceur de l’amour du Seigneur, tout en vous remerciant pour vos prières, je vous les rends volontiers pleines de grâces et vous bénis.

Père Angelo

Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Espagnol Français Allemand Portugais