Cher Père Angelo,

Je vous écris pour obtenir de l’aide parce que je suis vraiment désespéré.

Jusqu’à présent, je n’ai pas rencontré une fille vraiment catholique qui désire une vraie famille catholique, un bon mari, de nombreux enfants à élever et à éduquer de manière sainte.

J’en ai assez, maintenant je suis en colère, nerveux, j’ai arrêté d’aller à la Messe tous les jours et de faire beaucoup de dévotions.

Pourtant, qu’y a-t-il de plus beau que les enfants? La prière ensemble en famille? L’éducation catholique? La charité, c’est-à-dire de se sacrifier tous les jours et de s’édifier spirituellement réciproquement pour le salut éternel? Toute autre histoire par rapport au sentimentalisme, béguins, attractions et accouplements. Et, logiquement, malheur à parler de pudeur, de modestie et de chasteté, ces choses anciennes et démodées!

Et quelle est la pire chose? Que de nombreux prêtres, au lieu de nous faire orienter à juste titre vers le choix rationnel d’un compagnon et d’un saint partenaire de vie, nous poussent à suivre le sentimentalisme, la chair, les attractions, l’irrationnel, à vivre selon le monde! Et puis on s’interroge sur les divorces, les féminicides, l’athéisme des enfants, etc. Mais qu’enseigne-t-on aujourd’hui dans les Séminaires? On fait lire des romans d’amour?

Excusez mon défouloir, mais vraiment, je suis épuisé, résigné et désespéré.

Merci


Très cher ami,

1. Tu m’as écrit cet e-mail après avoir écouté la deuxième lecture, dimanche dernier (XX dimanche du temps ordinaire, année c):

« Ainsi donc, nous aussi, entourés de cette immense nuée de témoins, et débarrassés de tout ce qui nous alourdit – en particulier du péché qui nous entrave si bien –, courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée, les yeux fixés sur Jésus, qui est à l’origine et au terme de la foi. Renonçant à la joie qui lui était proposée, il a enduré la croix en méprisant la honte de ce supplice, et il siège à la droite du trône de Dieu. Méditez l’exemple de celui qui a enduré de la part des pécheurs une telle hostilité, et tu ne seras pas accablé par le découragement. 

Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang dans votre lutte contre le péché» (He 12:1-4).

Le Seigneur t’a parlé, il t’a demandé de courir, non de marcher ou pire encore de rester immobile.

Il t’a demandé de te sentir comme un athlète entouré d’une multitude de témoins, de spectateurs, qui t’acclament et te disent: «Si nous l’avons fait, pourquoi ne peux-tu pas le faire aussi? Allez, remette-toi sur les rails, nous t’assurons de notre soutien ».

2. Tu  as  arrêté d’aller à la Messe tous les jours.

Tu  n’as  fait aucun gain avec cela, ni tu as fait gagner le monde entier. Tu pourras objecter: le combat devient plus dur, il n’y a pas de résultats, c’est inutile.

Dans l’Évangile, cependant, nous lisons que, dans le jardin des oliviers, « entré en agonie, Jésus priait avec plus d’insistance, et sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient sur la terre » (Lc 22:44).

Si tu veux suivre Jésus-Christ et faire quelque chose pour rendre le monde meilleur, ne déserte pas, mais engagez-toi et prie encore plus intensément.

3. La situation que tu as décrite correspond tout à fait à la réalité, à part ce que tu as dit à propos des Séminaires, car si un prêtre fait des déclarations étranges on ne peut pas dire que c’est la faute du Séminaire.

Eh bien, que peux-tu  faire pour rendre le monde meilleur? Évidemment, tout le contraire d’être un renonçant.

4. En allant à la Messe tous les jours, tu  attire une mer de grâces dans le monde.

Et tu apprends non pas tant à demander au Seigneur de te  faire mourir bientôt dans la grâce de Dieu pour échapper à ce monde, mais à te sacrifier pour l’humanité d’aujourd’hui, afin qu’elle puisse changer et s’améliorer.

Toi  aussi, à la Messe, apprends jour après jour à faire ce que Jésus-Christ a fait, Qui s’est volontairement offert à Sa passion, a pris Sa vie en la main, a remercié le Père pour le don qu’Il Lui avait fait, l’a brisé en le donnant à tous et Il a dit: prenez-le et mangez-le tous parce que vous recevrez la vie et la force de mon don.

5. Reprend ensuite à aller à la Messe, mais avec un esprit nouveau, avec le désir de te sacrifier avec le Christ, indépendamment des commentaires personnels.

Vas “pro mundi vita” (pour la vie du monde), comme le Seigneur a dit: « Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde » (Jn 6:51).

6. Après la Messe, en sortant de l’église, vis ta journée comme un acte d’amour continu offert au Seigneur pour que le monde change et soit sauvé.

Saisis chaque occasion d’offrir quelque chose au Seigneur non seulement pour qu’Il te fasse rencontrer une fille selon son cœur pour former une famille chrétienne authentique, mais aussi pour que les filles d’aujourd’hui trouvent quelqu’un qui les fasse grandir selon le cœur du Christ.

7. Reprends également les dévotions, en particulier celle du Saint Rosaire quotidien.

Saint Vincent de Paul a dit que « après la Messe, la dévotion au Rosaire a fait descendre dans les âmes plus de grâces que toutes les autres dévotions, et qu’avec ses ‘Je Vous salue Marie’ il accomplit plus de miracles que toute autre prière ».

J’espère que cette prière peut également les accomplir pour ta vie.

Je t’accompagne avec ma prière et je te bénis.

Père Angelo

Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Espagnol Français Allemand Portugais