Questo articolo è disponibile anche in: Français Italien Anglais Espagnol Portugais

Question

Bonjour P. Angelo,

Je me suis récemment intéressé à la lecture de la Bible et plusieurs doutes me sont apparus. Je voulais les partager.

(…).

Selon l’Église catholique, nous recevons l’Esprit Saint avec le sacrement de la Confirmation, n’est-ce pas ? Par conséquent, nous ne le recevons donc pas quand nous renaissons de l’Esprit, c’est-à-dire quand nous croyons en Jésus ? Quoi qu’il en soit, d’une manière ou d’une autre, nous recevons tous l’Esprit. Nous recevons donc aussi les dons que l’Esprit apporte, comme expliqué dans l’Évangile.

Jean 20,22-23 dit : « Ayant dit cela, il souffla sur eux et leur dit :  » Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus.”.

L’Église catholique interprète ces versets comme l’institution de la Confession.

Après ce long préambule, ma question est la suivante : pourquoi, si nous recevons tous l’Esprit Saint, l’autorité (donnée par l’Esprit) de pardonner les péchés est-elle donnée seulement aux prêtres et non à tous les croyants ? Existe-t-il un Esprit Saint de première classe pour les prêtres et un Esprit Saint de seconde classe pour le reste des fidèles? Je suis désolé pour la métaphore inadéquate, mais je ne peux pas m’expliquer autrement.

J’attends votre réponse avec Foi,

Merci de votre attention


Réponse du prêtre

Très cher,

1. C’est par la volonté du Christ et non de l’Église catholique que seuls quelques-uns ont le pouvoir de pardonner les péchés.

Nous pouvons nous demander pourquoi le Seigneur a voulu faire ainsi et pourquoi ce pouvoir n’a pas été donné à tous.

2. Il ressort clairement de la Sainte Écriture que les péchés ne peuvent être pardonnés que par Dieu.

Nous l’apprenons en particulier dans ce que rapporte saint Luc : « Voyant leur foi, il dit : «Homme, tes péchés te sont remis.».

Les scribes et les Pharisiens se mirent à penser :  » Qui est-il celui-là, qui profère des blasphèmes ? Qui peut remettre les péchés, sinon Dieu seul ?  » (Lc 5, 20-21).

D’autre part, si les péchés sont une offense faite à Dieu, seul Dieu peut les pardonner.

3. Mais Jésus, par une effusion particulière de l’Esprit Saint, a transmis aux apôtres et aux seuls apôtres ce pouvoir divin de pardonner les péchés.

Il l’a fait le soir du jour de sa résurrection : « Le soir, ce même jour, le premier de la semaine, et les portes étant closes, là où se trouvaient les disciples, par peur des Juifs, Jésus vint et se tint au milieu et il leur dit : « Paix à vous ! »

Ayant dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur.

Il leur dit alors, de nouveau : « Paix à vous ! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. »

Ayant dit cela, il souffla sur eux et leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.

Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus.» » (Jn 20, 19-23).

Saint Jean Chrysostome observe qu’ici « l’Esprit Saint fut alors donné aux disciples, mais pas universellement pour toutes les tâches, mais pour un but précis, celui de pardonner les péchés » (In Joannem, Hom. 87, 3.28).

Saint Ambroise commente : « Ce droit de lier et de délier n’est accordé qu’aux prêtres » (De poenit. 1, 2).

Cette effusion de l’Esprit Saint est donc différente de celle donnée à toute l’Eglise le jour de la Pentecôte.

4. Nous pouvons nous demander pourquoi le Seigneur l’a donné aux prêtres et non à tous.

Voici la pensée de saint Thomas : « le pouvoir des clefs fait, de son détenteur, un intermédiaire entre le peuple et Dieu. 

Or cela ne convient qu’aux prêtres « qui ont la charge officielle des relations de l’homme avec Dieu, afin d’offrir les dons et les sacrifices pour les péchés », comme dit l’Epître aux Hébreux. 

Les prêtres sont donc seuls à avoir le pouvoir des clefs  » (Supplément à la Somme Théologique, 19, 3, sed contra 2).

Le pouvoir des clés est le pouvoir de lier et de délier, de pardonner ou de ne pas pardonner les péchés.

5. Il n’en reste pas moins que certains fidèles peuvent avoir une plus grande effusion de l’Esprit Saint que les prêtres.

Combien de saints, dans le passé, ont été plus saints que les prêtres ordinaires qui les confessaient.

Et combien le sont aujourd’hui !

Ces saints ont eu une plus grande plénitude de l’Esprit Saint, mais n’ont pas le pouvoir de pardonner les péchés.

La Vierge elle-même a eu la plus grande plénitude de l’Esprit Saint qui puisse être accordée à une personne humaine, mais elle n’a pas reçu du Christ le pouvoir de pardonner les péchés.

6. Avoir ce pouvoir (qui est un service) ne fait pas des chrétiens de première classe.

D’autant plus que les prêtres aussi se confessent.

En général, ils se confessent plus souvent que de nombreux laïcs, parce que l’Eglise leur demande la confession fréquente (cf. Concile Vatican II, Presbyterorum ordinis 18) , c’est-à-dire au moins deux fois par mois.

À ce moment-là, ils ne deviennent pas des chrétiens de seconde classe.

Je te remercie pour cette question, je prie le Seigneur pour toi et je te bénis.

Père Angelo


Traduit par Thomas ETIENNE