Questo articolo è disponibile anche in: Italien Français

Question

 Cher Père Angel,

 C’est encore moi… ce garçon de quinze ans qui a commencé à réciter le chapelet.

 Père, cette fois je ne vous parle pas et  je ne demande pas non plus de l’aide pour moi… mais pour un ami et camarade de classe au lycée.  Je vous parle de cette “amitié”..si on peut l’appeler ainsi…Nous nous sommes rencontrés au lycée…il est athée..et il dit qu’il est communiste..en vérité il est baptisé, et il a aussi reçu la Sainte Communion quand il était enfant… même s’il a avoué qu’il l’avait fait à contrecœur… maintenant… lui et moi avons fait face à divers conflits théologiques .. politiques et sociaux pendant l’année scolaire… je suis catholique… et il est un athée … j’ai tout de suite voulu démontrer que je possédais la vérité… de l’autre côté… il pense que c’est lui à la connaître… alors qu’avant je voulais qu’il se convertisse au catholicisme, probablement uniquement pour faire triompher l’Église et le christianisme,… maintenant, plutôt ..à la fin de l’année scolaire,…..Je veux qu’il se convertisse pour qu’il mérite le salut…et qu’un jour nous puissions contempler Dieu ensemble…maintenant, comme vous le savez, j’ai commencé à réciter le chapelet et pendant la récitation je prie aussi pour sa conversion… Aujourd’hui, je le contacte et lui demande s’il s’est peut-être converti… comme ça… sachant qu’il ne l’a pas fait… mais en gardant toujours un peu d’espoir… il me répond que peut-être il croit en peu, mais…que si Dieu existait, il serait un méchant… disant que Dieu ne nous aime pas s’il existe… vraiment il a aussi soutenu cette thèse pendant l’année… mais il n’a jamais dit qu’il croyait … maintenant que dois-je lui dire … pour lui faire comprendre que Dieu n’est pas le mal … mais Il est amour … que dois-je lui dire pour lui faire comprendre que notre dieu est venu mourir pour nous… par amour… que dois-je lui dire pour le faire changer d’avis et favoriser sa conversion d’athée,ou de croyant découragé,à chrétien, à celui qui est mon frère en Christ ?  Père, souvenez -vous de moi dans vos prières.

 Publiez cette lettre… avec la réponse relative… sur le site Web des amis dominicains… mais s’il vous plaît, pourrais-je l’avoir également en privé par e-mail.

La réponse du prêtre

 Très cher,

 il y a trois façons de ramener votre compagnon au Christ.

 1. Le premier est la prière.  Jésus a dit : « En dehors de moi, vous ne pouvez rien faire » (Jn 15, 5).  Il est l’auteur et le perfectionneur de toute conversion.

 Nous pouvons parler aux oreilles de notre prochain aussi longtemps que nous le voulons, mais si le Seigneur n’arrive pas à rejoindre son cœur de l’intérieur, notre parole reste sans effet.

 C’est le premier et irremplaçable travail.

 Alexis Carrel, prix Nobel de médecine, athée convaincu et converti à Lourdes à la suite d’un miracle étonnant, disait que si nous connaissions le pouvoir de la prière nous resterions toujours à genoux.

 Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus en a illustré l’efficacité par ces mots : « Qu’elle est grande la puissance de la prière !  On pourrait la considérer comme une reine qui a libre accès à tout moment au roi et peut obtenir tout ce qu’elle demande” (Storia di un’anima 317).

 2. La deuxième voie est celle du sacrifice.

 Bien sûr, avant tout le Saint Sacrifice de la Messe, qui perpétue sur notre autel le sacrifice du Christ, avec tout son pouvoir salvifique de rédemption.

 Mais nos sacrifices servent aussi à ouvrir la porte au sacrifice du Christ et à lui permettre d’exprimer sa puissance salvatrice dans les âmes.

 A ce propos, j’aime aussi rapporter un autre témoignage de Sainte Thérèse : “Ah, la prière et le sacrifice forment toute ma force, ce sont les armes invincibles que Jésus m’a données, elles touchent les âmes bien plus que les discours, j’en ai souvent fait l’expérience” ( Histoire d’une âme 315).

 Je pense aussi au Saint-Père Dominique quand un jour il allait prêcher avec des frères.  Ne connaissant pas le chemin, il fit une demande à quelqu’un.  C’était un hérétique.  Et il dit à San Domenico : « Je vais te montrer le chemin ;  en effet, je vous conduis moi-même ».

 Il fit passer ces frères, qui étaient pieds nus, parmi les ronces et les épines.  Alors leurs pieds étaient tous endoloris et ensanglantés.

 Alors saint Dominique, plein d’espérance, dit aux frères : « Courage, la victoire sera à nous car nous avons expié nos péchés par le sang ».

Ils avaient expié leurs péchés et en même temps ceux du le peuple à qui ils donneraient leur prédication

 Cette deuxième voie est aussi absolument nécessaire.

3. Et avec l’enseignement de saint Paul… sans personne pour l’annoncer ?  Et comment l’annonceront-ils, s’ils n’ont pas été envoyés ?  Comme il est écrit : « Qu’ils sont beaux les pieds de ceux qui apportent de bonnes nouvelles !  (Rom 10:14-15).

 Et “la foi vient de l’écoute, et l’écoute concerne la parole du Christ” (Rom 10:17).

 Dans ce cas, le contenu de votre prédication concerne l’amour de Dieu.

 Il suffirait de faire remarquer à votre ami que l’amour de Dieu pour lui se manifeste d’abord dans tout ce qu’il lui a donné : le corps, avec son fonctionnement, avec la perfection de ses cellules différenciées et de ses membres.  Il lui a donné l’âme qui lui permet d’être vivant, de penser, d’aimer.

 Mais il l’a aussi donné à travers toutes les créatures qui l’entourent, à commencer par l’air qu’il respire, le soleil qui l’éclaire et le réchauffe, les fruits de la terre qui lui permettent de subvenir à ses besoins.

 Comment ne pas se sentir entouré de l’amour du Seigneur ?

 « La terre est pleine de l’amour du Seigneur » (Ps 33, 5).

 C’est pourquoi saint Augustin a dit : « Le ciel et la terre et toutes les créatures qui sont en eux partout me disent qu’ils t’aiment et ils ne cessent de le dire à tout le monde afin qu’ils soient « sans excuse » (Rm 1, 20) » (Confessions , X ,6,8).

 “Sans excuse” car à la bonté des créatures ils n’ont pas su reconnaître la bonté du Créateur.

 Mais saint Paul l’avait dit avant lui : « Ils sont donc inexcusables » (Rm 1, 21).

4. J’aime me souvenir de saint François d’Assise qui s’extasiait en contemplant la bonté et la préciosité des créatures, un don très pur du Seigneur :

Sois loué, mon Seigneur

Avec tes créatures,

Surtout notre frère le Soleil

Et sa lumière.

Grâce à lui, tu nous illumines,

Pour que la beauté et la splendeur

Nous apporte un signe

de toi, Seigneur très haut.

Sois loué, mon Seigneur,

Pour nos sœurs la Lune et les étoiles,

Que tu as créées dans les cieux,

Justes et belles.

Sois loué pour notre frère le vent,

L’air, les nuages, et le mauvais temps

Qui donnent la subsistance à tes créatures.

Sois loué, mon Seigneur

Pour notre sœur l’Eau,

Elle est chaste, très utile

E precieuse.

Sois loué pour notre frère le feu

Qui éclaire la nuit pour nous,

Et il est beau, plein de charme,

Robuste et fort.

Sois loué, mon Seigneur,

Pour notre mère la Terre,

Pour elle qui nous nourrit

Et nous gouverne. 

Sois loué, mon Seigneur,

Elle produit des fruits divers,

des fleurs multicolores,

Et des herbes vertes…….

  5. Par saint Thomas, on peut comprendre l’amour de Dieu à partir de la bonté qu’il a placée dans les créatures.

 Voici son raisonnement : “La volonté de Dieu est la cause de tout : par conséquent tout être existe pour sa volonté et reçoit par lui tous les  biens.

 Donc, puisque aimer signifie souhaiter du bien à quelqu’un, il est évident que Dieu aime toutes les choses existantes.

 Mais Dieu n’aime pas comme nous.  En effet, notre volonté ne cause pas le bien qui se trouve dans les choses ;  au contraire, il est mû par lui comme par son objet ;  et donc notre amour avec lequel nous faisons du bien à quelqu’un, n’est pas la cause de sa bonté, mais plutôt sa bonté, réelle ou supposée, provoque l’amour, qui nous pousse à vouloir que le bien qu’il possède lui soit gardé et vous achetez ce que vous n’avez pas : et nous travaillons à cette fin.

 L’amour de Dieu, au contraire, instille et crée la bonté dans les choses” (Summa theologica, I, 20, 2).

 6. Qui sait si votre ami comprendra ces choses ?

 Mais pour qu’il soit disposé à comprendre sans idées préconçues et avec un esprit clair, il faut prépare le terrain par la prière et le sacrifice.

 Je me joins à votre engagement, je vous rappelle au Seigneur et je vous bénis.

 Père Angelo.