Cher Père Angelo,

Je suis une jeune fille de 21 ans et je vous écris pour vous demander des conseils sur ma situation familiale.

Ma famille est composée de 5 personnes : moi-même, mes parents et deux frères plus jeunes que moi, l’un de 19 ans et l’autre de 15 ans. Je les aime beaucoup, mais malheureusement je me sens trop différente et incomprise.

Malgré le fait que mes parents ne sont pas des catholiques croyants et pratiquants, ils nous ont fait suivre, mes frères et moi, le catéchisme, recevoir tous les sacrements jusqu’à la confirmation et aller à l’oratoire. Toutes ces expériences (en plus d’avoir rencontré sur mon chemin de nombreuses personnes de foi en dehors de ma famille) ont fait que j’ai toujours été poussé à rechercher la foi et à faire en sorte qu’elle grandisse de plus en plus en moi. Ces derniers mois, j’ai beaucoup mûri dans ce sens et j’ai pu faire l’expérience de Dieu de très près et j’espère que cela continuera à l’avenir.

Comme je vous l’ai dit, je suis la seule dans ma famille qui soit croyant et pratiquante et je ne vis pas bien cette situation : parfois, j’ai vraiment l’impression d’être en cage et de ne pas être acceptée pour ce que je suis. Ces deux dernières années, pour pouvoir aller à l’université, j’ai passé plusieurs jours par semaine dans une ville beaucoup plus grande que la mienne et je me suis retrouvée à avoir beaucoup d’indépendance (même si je vis avec des colocataires). Cette situation me permet également de vivre mes choix de foi avec sérénité et tranquillité : je peux aller à la messe tous les jours, jeûner, prier avant de manger : des choses que, lorsque je suis à la maison avec mes parents, je me cache de faire par peur d’être jugée. Ils ne m’empêcheraient pas de faire quoi que ce soit, mais on m’a trop souvent raconté des blagues amères sur ma foi et cela m’amène à ne pas me sentir vraiment acceptée pour ce que je suis. Ma mère ne dit pas grand-chose : elle donne juste quelques regards bizarres, mais sinon elle est tranquille. Mon père, par contre, m’agace vraiment quand il s’impatiente. Par exemple, il est arrivé que le 26 décembre, alors que je discutais avec quelques parents à table, il a dit que la veille du Nouvel An, je vais vivre une expérience différente de la normale, c’est-à-dire participer à un cours de formation sur l’amour et l’affectivité. Il a dû dire tout cela avec ces mots “Vous devez savoir que ma fille est une chrétienne catholique convaincue et qu’elle va dans un couvent la veille du Nouvel An” en se moquant de moi et en ajoutant qu’il est en fait heureux qu’elle ait la foi, mais qu’il s’ennuie à l’église et qu’il espère ne jamais devenir croyant. Ces épisodes sont souvent répétés même lorsque nous sommes simplement ensemble et il n’est pas le seul à me taquiner de cette façon : mon cousin le jour de Noël a également fait des blagues de ce genre, mais elles me blessent de plus en plus. Je ne me sens pas libre d’être moi-même, parce que je sais que si je leur disais que je vais à la messe presque tous les jours et que lorsque je ne suis pas là, je jeûne, que je me confesse régulièrement, que je dis le chapelet et que je prie tous les jours, je serais encore plus attaquée. Dans ma famille, malheureusement, je n’ai pas de bons exemples de foi, sauf chez quelques cousins éloignés, mais que je vois très peu. Il y avait mes grands-parents paternels, mais, malheureusement, ils sont tous les deux décédés depuis un an et demi et maintenant j’ai vraiment l’impression de devoir mener une bataille toute seule. Cacher ma foi, qui est l’une des plus belles parties de moi, me fait souffrir et je suis désolé qu’ils ne se rendent pas compte que si je suis comme je suis (ils sont très fiers de moi et des choses que je fais et même me le disent, surtout, encore une fois, mon père) c’est parce que j’ai la foi. Ainsi, en me louant, ils ne savent pas qu’ils louent en fait Celui qui m’inspire, qui m’a fait tel que je suis. Sans Jésus, je serais différente, je n’ai pas le moindre doute.

Un autre point à souligner est que je ne suis pas du tout d’accord avec la façon dont mes parents gèrent l’éducation de mes frères et sœurs. Ce jeune homme de 19 ans fume de l’herbe et a passé la nuit du 26 décembre (alors que nous étions chez des parents) chez mes défunts grands-parents avec une fille qu’il s’est récemment fiancé pour dormir dans leur lit. Sans parler du fait que j’ai trouvé de l’herbe dans la salle de bain qu’il a laissée et qu’il laisse des préservatifs sur la table de nuit de sa chambre, qu’il partage avec mon autre frère, le plus jeune. Ce dernier, à son tour, m’inquiète parce qu’il écoute beaucoup de musique métal et se balade avec des t-shirts avec “death” et divers crânes écrits dessus. Je me soucie beaucoup de lui parce que je suis sa marraine de confirmation et j’ai toujours l’impression de ne pas en faire assez pour lui, qui ne vient plus à la messe du dimanche depuis quelques mois. Mais quand j’essaie de le dire à mes parents, ils me disent que j’exagère, parfois même que je suis un fanatique et pendant ce temps, ils ne disent presque rien à mes frères, arguant qu’ils ont fait ces choses quand ils étaient jeunes aussi.

Je ne peux rien dire à mes frères, car imaginez s’ils m’écoutaient, puisque mes parents sont les premiers à ne pas être d’accord avec ce que je dis.

Parfois, on me dit même “Pauvre tes enfants, tu ne les laisseras pas seuls un instant” et cela me fait encore plus souffrir, car je ressens une vocation très forte pour la famille et toucher un point aussi douloureux me fait vraiment peur, car je voudrais de tout mon cœur être une bonne mère pour mes futurs enfants et certainement pas être trop rigide.

Ces derniers temps, je décide de faire une promesse de chasteté jusqu’au mariage et je sais que je devrais leur dire d’être témoins de mon choix et d’en parler, mais cette situation me détruit et j’ai peur d’en sortir encore plus brisée. Est-il possible, mon père, qu’ils soient plus à l’aise si je faisais comme tout le monde, comme c’est normal de nos jours ? Est-il possible que mon frère qui fume de l’herbe et change plusieurs filles en peu de temps soit moins attaqué que moi ? Mes parents ne devraient-ils pas être heureux d’avoir une fille comme moi, qui, par ses choix, leur donne moins de problèmes et de pensées ?

La vérité est que je les aime beaucoup, même s’ils ne s’en rendent pas compte, et je voudrais qu’ils puissent eux aussi faire l’expérience de l’amour de Dieu. C’est pourquoi j’essaie de prier un chapelet pour eux chaque jour, ainsi que la prière de Soeur Faustina Kowalska pour la conversion des pécheurs, et aussi de toujours les rappeler à la messe. Pour moi, c’est une véritable mission : je sais que personne d’autre ne prierait pour eux.

Quand il m’arrive de rester souvent à la maison, je suis toujours en conflit, parce qu’être souvent avec eux me fait vivre plus de doutes que d’habitude et de crises dans ma foi, et c’est aussi pour cela que j’aime vivre seul pendant la semaine. Il y a un mois, un prêtre m’a dit en confession que j’avais besoin de rééquilibrer ma relation avec mes parents, parce que d’une part je cherche l’indépendance, alors que d’autre part je la refuse et que j’aimerais avoir quelque chose de plus d’eux. Je pense qu’il a raison de dire cela, aussi parce qu’ils sont de très bons parents, mais, peut-être aussi parce que je suis la fille aînée, j’ai toujours senti que je voulais plus d’affection, même juste un “je t’aime” et quelques câlins de plus. Ce n’est pas qu’ils ne me montrent pas qu’ils m’aiment, mais j’ai souvent l’impression que j’aurais besoin de plus de démonstrations physiques et verbales. Le fait que je paraisse si indépendante et forte ne signifie pas que je n’ai pas besoin de ces choses, mais simplement que j’ai appris à me défendre contre leurs jugements de cette manière.

Que me conseillez-vous de faire, mon père ? Est-il vrai que j’exagère et que je suis trop rigide ? Comment puis-je leur montrer, à eux qui sont parmi les personnes les plus chères que j’ai, ma foi ? Je ne peux pas le mettre en mots, j’ai peur que ce soit inutile. J’aimerais qu’ils me voient changer dans ma façon de me comporter, mais j’ai peur qu’ils ne le remarquent pas. Est-il vrai que je serais une mère trop rigide et stricte ? Comment puis-je rester ferme dans ma foi et dans mon estime de soi, tout en continuant à vivre avec eux ?

Merci beaucoup pour votre attention ! Je me souviendrai de vous dans la prière !


Très cher,

Votre expérience de la vie chrétienne m’a rappelé une grande femme française, Elisabeth Arrighi Leseur, dont le procès de béatification est en cours.

D’origine chrétienne, elle a épousé un certain Felice Leseur, un fonctionnaire des colonies françaises d’Afrique du Nord. C’était un non-croyant et il a tout fait pour lui faire perdre la foi. Quand il a vu que son travail avait atteint un bon point, il lui a donné à lire un livre qu’il avait l’intention de lui faire perdre complètement la foi. Mais cette lecture a eu l’effet inverse, car face à diverses affirmations qu’elle jugeait fausses, elle est allée vérifier dans l’Écriture sainte si les choses étaient vraiment ainsi. Et en contact avec les textes sacrés, ou plutôt avec Celui qui lui a parlé à travers ces paroles divines, elle s’est sentie ramenée au Seigneur et a commencé un grand voyage de la vie chrétienne.

2. Il lui était impossible de parler de ces choses à son mari car il se serait ennuyé et de toute façon ne les aurait pas comprises. Elle n’a pas eu d’autre choix que de prier, et bientôt elle a dû aussi souffrir et offrir, car elle a été frappée par une maladie qui a entraîné sa mort. Pendant sa maladie, elle a eu une très large correspondance avec de nombreuses personnes qui ont été frappées par sa profonde spiritualité.

Mais à la maison, elle ne pouvait pas parler de ces choses à son mari parce que c’était comme s’il vivait sur une autre planète et qu’elle ne pouvait pas le comprendre.

3. Tout cela semble également refléter  votre histoire d’une certaine manière. Personne à la maison ne vous comprend. Ils vous apprécient pour votre intelligence et vos talents, mais ils vous plaignent pour votre foi. A leurs yeux, vous ressemblez à une pauvre fille, privée de nombreuses expériences de bonheur. Pendant que vous vivez un autre bonheur, immensément plus profond, plus durable, plus doux et plus irrésistible. C’est l’expérience de ceux qui vivent dans la grâce et ressentent combien sont vraies les paroles de saint Thomas d’Aquin : “Celui qui aime Dieu, le possède en lui-même (qui diligit Deum, ipsum habet in se) selon les paroles de saint Jean ; celui qui demeure dans la charité, demeure en Dieu, et Dieu en lui (1 Jn 4,16)” (saint Thomas, In duo praecepta caritatis et in decem legis praecepta expositio).

4. Pour le mari d’Elizabeth Leseur, le moment de grâce est venu. Après la mort prématurée de sa femme, il a découvert qu’elle tenait un journal secret. Lorsqu’il a lu qu’elle offrait ses souffrances et ses prières pour la conversion de son mari, et qu’il a peut-être vu que le Seigneur l’avait prise au mot pour cela, il a été frappé et converti. Il se rendit immédiatement chez un grand dominicain, le père Janvier, qui prêchait alors le Carême à Notre-Dame de Paris, et commença son parcours de vie chrétienne qui, après cinq ans, le conduisit à rejoindre l’ordre des dominicains, devenant un religieux du nom d’Albert, prêtre et prêcheur.

5. Pour vous aussi, en ce moment, les mots ne suffisent pas à toucher le cœur de votre peuple. Il est nécessaire que le Seigneur les touche de l’intérieur. Ce n’est qu’alors qu’ils comprendront tout.

6. En attendant ce moment, je vous dis de continuer comme vous le faites maintenant et de ne pas revenir sur les pratiques que vous avez commencées. S’il est vrai que c’est Dieu qui suscite en nous la volonté et l’œuvre comme le dit saint Paul dans Phil 2, 13, ces pratiques ont certainement été inspirées par le Seigneur.

7. Et en plus, je vous dirais de mettre en pratique ce que Pauline, une des sœurs aînées de Sainte Thérèse, a suggéré à cette future sainte à l’occasion de sa première communion. Voici ce qu’elle a écrit : “Ce que je demande à Thérèse, c’est de chercher chaque jour tous les moyens de plaire à l’Enfant Jésus, et donc de Lui offrir toutes les fleurs qu’elle trouve sur la route ! Adieu, mon petit Benjamin, oui, cueille toutes ces petites fleurs mystérieuses dont nous avons parlé tant de fois ; ce sont des fleurs qui ne se faneront pas comme les fleurs de la terre, mais qui seront conservées par les Anges pour parfumer les jardins du Ciel et former un jour ta couronne”.

8. Pour vous aussi, le Seigneur vous offre une occasion après l’autre d’accomplir des actes vertueux et de les transformer immédiatement en fleurs à présenter au Seigneur. Teresa était heureuse de pouvoir dire à sa sœur qu’à cette époque, elle ne se contentait pas d’offrir au Seigneur une seule fleur, mais qu’elle avait rempli un panier, qu’elle avait fait un bouquet, comme le suggérait sa sœur.

9. C’est précisément en vertu de ces prières et de ces actes continus d’offrande et d’amour au Seigneur que Sainte Thérèse pourra un jour écrire ces grandes paroles que nous ne devons jamais oublier : “Ah, la prière et le sacrifice forment toutes mes forces, ce sont les armes invincibles que Jésus m’a données, elles touchent les âmes bien plus que les discours, j’en ai souvent fait l’expérience” (Story of a Soul 315).

10. Il me semble que je peux dire que la stratégie du Seigneur dans la situation actuelle de votre vie est précisément celle-ci : il permet la faible foi de vos parents, la pratique chrétienne presque inexistante dans votre famille et parfois même la présence effrontée de ce qui est contraire au plan de Dieu sur l’amour humain pour vous amener à une plus grande sainteté, à une capacité d’aimer toujours plus grande et en même temps de pouvoir avoir une ouverture pour agir dans le cœur de vos parents et les amener tous au salut. Continuez donc dans cette voie, comme le Seigneur l’a suggéré.

Je vous accompagne volontiers de ma prière et je vous bénis.

Père Angelo

Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Français Allemand Portugais