Questo articolo è disponibile anche in: Italien Espagnol Français

Question

Bonjour,

pourquoi, alors que le Seigneur Jésus a ordonné à son peuple de ne se faire baptiser qu’après avoir cru, vous, les catholiques, baptisez les enfants ?

N’est-ce pas une énorme contradiction ?

Salutations


Réponse du prêtre 

Très chère,

1. Non seulement les catholiques mais aussi les orthodoxes baptisent les enfants.

Cela signifie que la Tradition de l’Église dit qu’il en a toujours été ainsi depuis le début.

En parlant de tradition, vous savez peut-être à quel point les orthodoxes y tiennent !

2. Pour votre part, vous devriez vous demander quelles sont les raisons qui motivent les catholiques et les orthodoxes à baptiser les enfants.

Et après les avoir connus, vous pouvez les contredire.

C’est ainsi que commence un dialogue.

3. Voilà ce qu’en pensent les catholiques et les orthodoxes.

Certes, dans les Saintes Écritures, il n’y a aucune référence explicite au baptême conféré aux enfants.

Mais on ne peut pas l’exclure car on nous dit que des familles entières ont reçu le baptême.

4. Quelques exemples.

Saint Paul écrit : “J’ai encore baptisé la famille de Stéphanas; du reste, je ne sache pas que j’ai baptisé personne d’autre.” (1 Co 1,16).

Or, je suppose qu’il y avait aussi des enfants dans la famille.

5. De même, dans les Actes des Apôtres, nous lisons l’histoire de Lydie qui a été “baptisée avec sa famille” (Actes 16,15).

La même chose est dite du gardien de la prison où se trouvait Paul : “Il les fit entrer à cette heure de la nuit, lava leurs plaies, et fut aussitôt baptisé avec toute sa famille” (Actes 16,33).

6. En tout cas, nous ne lisons pas dans ces textes le contraire, à savoir qu’ils baptisaient toute la famille à l’exclusion des enfants.

Et c’est important.

7. Mais ce que saint Paul rappelle dans sa lettre aux Colossiens, à savoir que le baptême a remplacé la circoncision, est aussi particulièrement précieux : ” En lui, vous avez reçu une circoncision qui n’est pas celle que pratiquent les hommes, mais celle qui réalise l’entier dépouillement de votre corps de chair ; telle est la circoncision qui vient du Christ. ” (Col 2, 11).

La circoncision était pratiquée spécifiquement sur les enfants, les nouveau-nés.

8. Nous trouvons probablement aussi une allusion au baptême des enfants dans ces paroles de saint Pierre prononcées le jour de la Pentecôte : “Pierre leur répondit : « Convertissez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ pour le pardon de ses péchés ; vous recevrez alors le don du Saint-Esprit.

Car la promesse est pour vous, pour vos enfants” (Actes 2, 38-39).

9. Nous avons aussi le témoignage de la tradition des premiers siècles.

Tertullien, qui est du deuxième siècle, dit que même les enfants en bas âge étaient baptisés (De baptismo, 18, 5 ; De anima, 39).

De même Origène au troisième siècle (In Ioan. comment., I, 6, 9) :

10. Qu’en est-il de la nécessité de la foi avant le baptême ?

Il est clair que les enfants ne peuvent pas l’exprimer seuls.

Mais ils ne peuvent pas non plus exprimer tous les autres besoins par eux-mêmes.

Leurs parents leur servent de porte-parole et d’interprètes.

Et les parents, comme ils le font pour leurs besoins naturels, le font aussi pour les besoins surnaturels.

11. Les enfants sont donc baptisés dans la foi de leurs parents.

C’est ainsi que l’on comprend le commandement du Christ : “Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné.” (Mc 16,16).

12. De même, il faut bien comprendre les paroles par lesquelles le Seigneur dit : “Celui qui refusera de croire sera condamné.”

Oseriez-vous conclure que les enfants qui meurent sans baptême et donc aussi sans foi sont inexorablement condamnés ?

Comme vous le voyez, les paroles de Jésus doivent être comprises en faisant les distinctions nécessaires entre ceux qui ont refusé de croire, ceux qui n’ont pas reçu l’annonce du salut, et ceux qui l’ont reçu par l’intermédiaire de leurs parents.

En faisant ces distinctions, vous commencez à vous mettre sur la voie d’une meilleure compréhension des paroles du Seigneur, en évitant d’être mal compris.

Je vous souhaite tout le bien possible et je me souviens de vous auprès du Seigneur.

Père Angelo