Questo articolo è disponibile anche in: Français Italien

Question

Cher Père Angelo

Je suis un lecteur assidu de votre site. Je vous écris aujourd’hui pour la première fois mais j’aurais pu envoyer ces mots depuis longtemps.

Ce qui me pousse, c’est une gratitude sincère pour l’aide que vous offrez à ceux qui cherchent la Voie ou à ceux qui veulent la retrouver.

Ma conversion a été un long chemin qui a toujours trouvé une aide importante dans vos interventions.

Au fil des ans, les Amis dominicains sont devenus un point de référence dans ma vie spirituelle.

Je me souviens de vous dans mes prières.

Gloire au Père


Réponse du prêtre

Très cher,

1. Je te remercie pour ce que tu m’as écrit.

Aujourd’hui, 21 janvier 2017, marque la fin du jubilé du 800e anniversaire de l’approbation de l’Ordre dominicain.

Remercie toi aussi le Seigneur pour ce beau cadeau qu’il a fait à l’Église et à l’humanité, et demande-lui de nous bénir comme il l’a fait il y a 800 ans, avec une effusion spéciale de sainteté et une abondance d’hommes au cœur vraiment apostolique.

2. C’est précisément en ces jours de janvier 1217 que, selon le père Vicaire, historien incontesté de saint Dominique, s’est produit ce que Constantin d’Orvieto a déposé lors du procès de canonisation de notre Saint-Père.

Voici la déposition : «Alors que l’homme de Dieu, Dominique, était à Rome et qu’il versait ses prières devant Dieu dans la basilique Saint-Pierre pour la préservation et la croissance de l’Ordre que la droite de Dieu a propagé par ses travaux, la main de Dieu se posa sur lui

Dominique a vu Pierre et Paul apparaître entourés de gloire.

Le premier, Pierre, lui a remis le bâton ; Paul, le livre.

Et ils dirent tous deux : « Va et prêche, car Dieu t’a choisi pour ce ministère ».

Et à cet instant, il sembla à Dominique voir ses fils dispersés dans le monde entier, allant deux par deux prêcher la parole de Dieu aux peuples’.

3. Le père H. Vicaire commente : « Le bâton est l’insigne officiel du messager de Dieu ; le livre, de la doctrine » (Histoire de saint Dominique, p. 421).

4. Et puis : « Dominique a compris qu’il devait étendre son Ordre au monde entier et recevoir sa mission directement de Rome.

Il comprend en même temps qu’il devra, plus qu’il ne l’a fait à Toulouse, distinguer la prédication de la défense de la foi.

Enfin, il comprend que l’ordre donné par le Concile à tous les évêques d’avoir recours aux des prédicateurs a pour but d’ouvrir à ses frères l’accès à tous les diocèses, et que la volonté des papes de traduire en pratique un canon qu’ils ont eux-mêmes rédigé facilitera cette pénétration.

Tout avait contribué à cette prise de conscience du Fondateur : il ne manquait plus qu’une dernière lumière surnaturelle et Dominique l’obtint de Dieu dans la prière, à Rome » (Ibid.).

5. Que le Seigneur, à la fin de ce Jubilé, pose une fois de plus sa main sur nous et qu’il communique à beaucoup, par inspiration divine interne, ce que les saints apôtres Pierre et Paul ont dit à saint Dominique Va et prêche, car Dieu t’a choisi pour ce ministère.

Moi aussi, je rends gloire au Père pour ce qu’il fait en toi.

Je te remercie pour les prières que tu m’as assurées.

Je leur rends volontiers la pareille et te bénis.

Père Angelo