Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Français

Question

Cher Père Angelo,

Je voulais vous demander une clarification sur ma vie spirituelle.

Je suis une personne qui, dans la vie de foi, pense à et prie beaucoup la Vierge Marie.

Dernièrement, cependant, j’éprouve le scrupule que penser toujours à Elle puisse, de quelque façon, isoler Jésus, comme si le fait de me rapporter continuellement à Marie ne me permette pas de mettre Jésus au centre, ceci dans la Messe, dans la prière personnelle tout comme dans la vie quotidienne …

Je voulais savoir ce que vous en pensez, et si c’est un problème.

Merci


Très cher,

1. Le culte de Marie ne vous isole pas du Christ, mais vous amène à Lui avec le cœur et l’affection de Marie.

Cela se voit très clairement dans la prière du Saint Rosaire : l’objet de la contemplation dans les différents Mystères et dans la succession des dizaines est toujours Jésus.

Qui est abordé du meilleur point de vue : celui de Marie et avec Marie.

2. Jean-Paul II au début de la Lettre Rosarium Virginis Mariae écrit : « En effet, tout en ayant une caractéristique mariale, le Rosaire est une prière dont le centre est christologique. Dans la sobriété de ses éléments, il concentre en lui la profondeur de tout le message évangélique, dont il est presque un résumé.En lui résonne à nouveau la prière de Marie, son Magnificat permanent pour l’œuvre de l’Incarnation rédemptrice qui a commencé dans son sein virginal. Avec lui, le peuple chrétien se met à l’école de Marie, pour se laisser introduire dans la contemplation de la beauté du visage du Christ et dans l’expérience de la profondeur de son amour » (RVM 1)

Et encore : « En effet, réciter le Rosaire n’est rien d’autre que contempler avec Marie le visage du Christ » (RVM 3).

3. Le Seigneur lui-même nous envoie à cette école de Marie lorsque, du haut de la croix, il dit à Jean, qui représentait chacun de nous : « Fils, voici ta mère » (Jn 19,27).

Les enfants demandent à leur mère de leur dire beaucoup de choses.

Nous aussi, nous laissons Marie nous raconter comment Elle a vécu les événements de la vie de Jésus et ce qu’Elle a ressenti dans son cœur.

Et pendant que nous écoutons tout cela de Marie, notre cœur sans s’en rendre compte se conforme au sien et nous commençons à nous unir au Seigneur avec le cœur de Marie.

C’est pourquoi Marie est le chemin le plus court et le plus fructueux qui nous conduit au Christ.

4. Encore une fois : dans la prière, nous ne savons même pas à quel point il est approprié de prier. Saint Paul le rappelle lorsqu’il dit : « Pareillement l’Esprit vient au secours de notre faiblesse ; car nous ne savons que demander pour prier comme il faut; mais l’Esprit lui-même intercède pour nous en des gémissements ineffables » (Rm 8, 26).

Eh bien, « pour soutenir la prière que le Christ et l’Esprit font couler dans nos cœurs, Marie intervient par son intercession maternelle. «La prière de l’Église est comme portée par la prière de Marie » RVM 16).

5. N’ayez donc pas peur d’aller à Notre-Dame.

Je vous dirais presque de ne pas avoir peur d’exagérer car Elle fait alors sa part.

Elle agit comme une mère incomparable.

Elle n’a pas besoin que personne la Lui apprenne ou la Lui recommande.

Elle n’a d’autre désir que de nous amener à Jésus afin que le Seigneur habite en nous comme Il a habité en Elle et que nous habitions en Lui comme Elle Y a habité.

Je vous rappelle au Seigneur et vous bénis.

Père Angelo


Traduit par KatiaDR