Cher Père Angelo,

Dans l’espoir de recevoir bientôt une réponse de votre part, je vous écris pour vous demander de résoudre un “dilemme” que je me pose.

Le pape est l’évêque de Rome et  le successeur de Pierre; de cela  sa dignité de Vicaire du Christ sur terre découle

Je me demande maintenant, dans ces conditions, comment on peut expliquer que, par exemple, le pape Adrien V, qui est mort après un peu plus d’un mois de pontificat sans avoir été consacré évêque, était à toutes fins le pape de l’Église, même si c’était pour une très courte période.

Je vous remercie.


Très cher,

1. Il convient de rappeler qu’à cette époque, nous sommes dans la seconde moitié du XIIIe siècle, la sacramentalité de l’épiscopat n’avait pas encore été définie. Le sacrement de l’Ordre était divisé en deux types. Il y avait trois grands ordres : le presbytère, le diaconat et le sous-diaconat. Il y avait quatre ordres mineurs : l’ostiariat, l’acolyte, le lecteur et l’exorciste.

Ce n’est qu’avec le Concile Vatican II que les ordres sacrés ont été définis dans les degrés d’épiscopat, de presbytère et de diaconat. Auparavant, l’épiscopat n’était pas considéré comme un sacrement, mais comme un sacramentel.

2. De plus, dans l’Église primitive, l’épiscopat et le presbytère semblaient être équivalents.

De sorte que, comme le notait un théologien de la première moitié du siècle dernier, “il n’est pas facile de prouver que, dans l’ordination conférée à Timothée et mentionnée par Saint Paul, une ordination spécifiquement épiscopale, distincte d’une précédente ordination sacerdotale, devrait être reconnue ; or, si cela était évident, comme on le prétend, pourquoi donc tant de théologiens catholiques, dont certains comme Saint Thomas d’Aquin font autorité, auraient-ils pu nier la sacramentalité de l’épiscopat, ou en douter encore aujourd’hui” ? (Gutberlet, Dogmatik, X, p. 265).

3. Tous, même dans le passé, ont convenu que l’épiscopat est excellent, mais qu’il serait une excellence de dignité, de gouvernement pastoral dans le soin des âmes, Saint Thomas a dit que l’épiscopat confère un pouvoir indélébile, mais pas de caractère. Aujourd’hui, en revanche, on pense que l’épiscopat confère du caractère. Saint Thomas a également dit que l’évêque peut faire plus complètement tout ce qu’un prêtre “paroissial” ordinaire fait (IV Phrases, d. 17, q. 3, a. 3, q. 5).

4. C’est pourquoi, en étant élu pape, un prêtre a reçu un plus grand pouvoir et une plus grande grâce. Ce pouvoir et cette grâce provenaient de l’élection et non de la consécration épiscopale qui était considérée comme un sacrement, mais pas comme un sacrement.

5. Hadrien V, bien qu’il n’ait été pape que pendant un mois, était donc un vrai pape. Il est élu évêque de Rome. Mais avant son ordination, il était déjà pape car l’ordination épiscopale n’était considérée que comme un sacrement.

Je vous souhaite bonne chance, je me souviens de vous auprès du Seigneur et je vous bénis.

Père Angelo

Questo articolo è disponibile anche in: Italien Espagnol Français Allemand Portugais