Question

Cher Père Angelo,

Tout d’abord, je m’excuse pour la fréquence de mes questions. Lorsque j’ai des doutes, vous êtes la première personne qui me vient à l’esprit en raison de votre orthodoxie et de vos connaissances, mais je dois souvent renoncer à vous écrire pour ne pas dépasser le nombre de questions. En tout cas, cette fois-ci, je veux vous demander si l’Ancienne Alliance est toujours valable

N’a-t-elle pas été remplacée par l’Alliance Nouvelle et éternelle ?

Je sais qu’au Concile Vatican II, dans Nostra Aetate je crois, il est écrit que les Juifs, je crois en vertu de l’Ancienne Alliance, ont une chance de se sauver.

Mais nous savons que ceux qui meurent dans la grâce sont sauvés, et pour être dans la grâce, il faut suivre la volonté de Dieu, ce qui implique de croire en Jésus-Christ et de recevoir les sacrements.

Ensuite, il y a les voies extraordinaires de Dieu qui sont pour ceux qui, par une ignorance invincible, n’ont pas eu le message du Christ mais ont respecté la loi naturelle.

Les Juifs, cependant, n’acceptent pas Jésus comme Dieu par ignorance, mais plutôt par leur propre choix ! Parce qu’ils le connaissent et le rejettent.

Réponse du prêtre


Très cher,

1. L’ Ancienne Alliance a certainement été remplacée par la Nouvelle. Cependant, la Révélation que Dieu a mise en œuvre de Lui-même et le plan de salut inauguré dans l’Ancien Testament n’ont pas été abrogés. Au contraire, le Nouveau Testament serait peu compris s’il n’y avait pas aussi l’Ancien Testament. Par conséquent, l’Ancien Testament n’a pas été abrogé par le Nouveau, mais a été complété.

2. En ce qui concerne les préceptes de l’Ancien Testament, Saint Thomas rappelle qu’il y en a de trois types. Dieu a donné des préceptes moraux (le Décalogue). Et ceux-ci n’ont pas été abrogés, au contraire, Jésus en fait la prémisse du salut. Au jeune homme qui lui demandait : “Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle”, le Seigneur répondit : “Observe les commandements.

Il a également donné des préceptes cérémoniels ou religieux tels que la célébration de certaines fêtes et rites qui devaient être observés. Eh bien, ces rites ont été supplantés par le culte de Jésus-Christ. Mais leur signification reste intacte car ils étaient une préfiguration et un symbole.

Enfin, il y avait des préceptes civils typiques d’une société théocratique, gouvernée directement par Dieu. Jésus Christ, reconnaissant à l’autorité civile sa juste autonomie, a dit “donnez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu” et les a remplacés par le commandement de l’amour fraternel.

3. La nouvelle alliance concerne donc avant tout les préceptes religieux. En ce sens, la Nouvelle Alliance scellée par le sang du Christ a abrogé l’ancien culte, a remplacé l’Ancienne Alliance. Mais l’Ancienne Alliance n’est pas synonyme de l’Ancien Testament. La Révélation progressive de Dieu reste intacte et son plan de salut pour l’humanité reste intact lui aussi. C’est tellement vrai que le Concile Vatican II, dans la constitution dogmatique Dei Verbum, écrit : “L’économie du salut annoncée, racontée et expliquée par les auteurs sacrés, se trouve comme la vraie parole de Dieu dans les livres de l’Ancien Testament ; c’est pourquoi ces livres d’inspiration divine conservent leur valeur pérenne : “Ce qui a été écrit, c’est pour notre instruction, afin que par cette patience et cette consolation qui viennent des Écritures nous obtenions l’espérance” (Rm 15, 4)”. (DV 14).

4. Le Concile poursuit : “L’économie de l’Ancien Testament avait surtout le but de préparer, d’annoncer prophétiquement et de signifier par différentes figures la venue du Christ Rédempteur de l’univers et du royaume messianique” (DV 15).

Sans ces chiffres, nous ne comprendrons, comme je l’ai dit, que très peu de choses du Nouveau Testament. Pensez, par exemple, à l’Agneau pascal par le sang duquel le peuple d’Israël a été épargné. Rien qu’en pensant à ce sang, saint Grégoire le Grand a pu dire que si en vertu du sang d’un animal, qui était pourtant une préfiguration du Sang du Seigneur, le peuple d’Israël était épargné de ce fléau, combien de maux ne nous sauveront pas en nous approchant du sang du véritable Agneau, de Jésus-Christ ? Et c’est pourquoi il a conclu en disant qu’en écoutant la messe, l’homme est libéré de nombreux maux.

5. Le Concile poursuit encore : “Les chrétiens doivent donc recevoir ces livres avec dévotion : en eux s’exprime un sens vivant de Dieu ; on y trouve des enseignements sublimes sur Dieu, une saine sagesse pour la vie humaine et de merveilleux trésors de prière ; en eux se cache le mystère de notre salut” (DV 15).

6. En conclusion : “Dieu, donc, qui a inspiré les livres des deux Testaments et qui en est l’auteur, a sagement disposé que le Nouveau soit caché dans l’Ancien et que l’Ancien soit révélé dans le Nouveau. Car si le Christ a fondé la Nouvelle Alliance dans son propre sang, les livres de l’Ancien Testament, pleinement repris dans la prédication de l’Evangile, acquièrent et manifestent leur pleine signification dans le Nouveau Testament, qu’ils éclairent et expliquent à leur tour” (DV 16).

7. En ce qui concerne le salut des Juifs, nous devons considérer que dans la Lettre aux Hébreux, on ne parle jamais explicitement de la nécessité de la connaissance de Jésus. Mais il est dit : “Sans la foi, il est impossible de Lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent” (Hébreux 11:6). La connaissance de l’existence de Dieu inclut implicitement la connaissance du mystère de la Très Sainte Trinité. Et dans la connaissance de la récompense qu’il donne à ceux qui le cherchent est implicitement incluse la connaissance du plan de salut de Dieu en Jésus-Christ.

8. Lorsque vous dites que “les Juifs n’acceptent pas Jésus comme Dieu par ignorance, mais plutôt par leur propre choix”, vous tombez dans un malentendu. Parce qu’ils ont certainement entendu et entendent parler de Jésus. Mais si intérieurement, de bonne foi, ils pensent qu’il n’est pas Dieu, en fait – bien qu’à tort – ils suivent leur conscience. Et s’ils marchent dans la justice et se repentent de leurs péchés, le salut leur est ouvert grâce à la grâce qui leur est donnée par des moyens extraordinaires que Dieu seul connaît, comme vous vous en souvenez vous-même.

Dans l’espoir de vous avoir éclairci l’esprit, je vous assure de ma prière et vous bénis.

Père Angelo

Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Français Allemand Portugais