Question

 Votre site est une vraie panacée pour nous catholiques.

Désormais, il n’y a plus de valeurs, les jeunes d’aujourd’hui n’ont plus d’idéaux, ils n’ont plus envie de rien. Je suis communiste, par exemple, et je vous dirai qu’il n’y a plus de communistes, d’une fois, qui faisaient une série de luttes.

Mais je dis, si Dieu a donné des lois, pourquoi personne ne les respecte ? Encore dans le monde il y en a qui tue et qui vole, qui fait les guerres.

Je ne suis pas d’accord que l’on pardonne qui a tué, à mon avis, qui tue mérite la peine de mort.

Dans la vie, au contraire, il faut toujours aller la tête haute et fière de vous-mêmes, travailler et fonder une belle famille avec des enfants, les éduquer à regarder la vie avec optimisme, parce qu’il faut toujours vivre avec le sourire sans jamais se laisser abattre, non comme ceux qui vivent seuls, égoïstes et indifférents de tout. S’ils n’ont pas d’enfants, qui les assistera quand ils seront vieux? Ceux-ci qui ne fondent pas une famille, n’ont aucun idéal. Jeunesse brûlée ! Mais aussi les moins jeunes.

Je ne blasphème jamais. Ce qui importe, ce n’est pas d’aller à la messe, même les mafieux vont à la messe. Je connais beaucoup de gens qui vont à la messe et ne socialisent ensuite avec personne, ils ont un très mauvais caractère et ne soutiennent même pas les parents les plus proches comme leurs frères.

D’autre part, à moi, semble hypocrite qui ne mange pas de viande le vendredi, mais le mange si le vendredi est un jour férié. Beaucoup vont à la messe seulement parce qu’ils se sentent pécheurs et cela n’est pas bon.

Alors je ne comprends pas pourquoi devrais-je accorder plus d’importance à un saint que je ne connais pas plutôt qu’à ma mère qui m’a aimé et que j’ai aimée.

 De toutes les manières, dans la vie vous devez être honnêtes, mener votre propre vie sans déranger personne et il faut avoir toujours le sourire, vu qu’un jour ou l’autre l’on meurt et tout finit.

C’est pourquoi je me retiens catholique. Je suis en faveur aussi bien de l’avortement lorsqu’il s’agit de sauver la mère que de l’euthanasie. Quel intérêt a-t-on de vivre quand on est coincé dans un lit ?

D’autre part, je ne supporte pas les homosexuels, ils détestent la famille et devraient tous être enfermés dans un asile.

Bonsoir. Beaucoup de prêtres ne vont chez les riches que parce qu’ils savent qu’ils reçoivent des offrandes plus généreuses.


Réponse du prêtre

Très cher

1. Dans ton mail, tu as fait de nombreuses considérations à prendre en compte en partie oui et en partie non.

Je me limite seulement à quelques-unes, à celles qui font référence à la messe, en d’autres termes, la réponse deviendrait trop longue.

Tu écris: Ce qui importe, ce n’est pas d’aller à la messe, même les mafieux vont à la messe.

Évidemment, il n’y a pas de logique dans cette affirmation.

Je pourrais te dire: peu importe manger, parce que les mafieux mangent aussi!  

2. Tu pourrais objecter : Qu’est-ce que ça à avoir avec cela ? Manger est une nécessité.

Mais aller à la messe est aussi une nécessité.

Si dans le troisième commandement Dieu a dit « Rappelez-vous de sanctifier les fêtes », cela signifie qu’il s’agit d’une chose d’importance capitale.

Saint Thomas d’Aquin dit que dans ce commandement il y a un précepte qui, au moins, est en partie, du droit naturel, et donc absolument nécessaire pour qu’une personne soit pleinement responsable d’elle-même, sache quel est le sens de sa vie et surtout l’objectif auquel il doit se préparer.

Parce qu’évidemment nous sommes dans cette vie pour en préparer une autre.

 3. Voici donc ce que dit saint Thomas: « Le précepte de la sanctification du samedi, littéralement, est, ensemble, moral (c’est-à-dire de droit naturel) et cérémonial (de droit positif).  C’est un précepte moral au sens que l’homme doit consacrer une partie de son temps aux choses divines.  En fait, l’inclination naturelle amène l’homme à consacrer à chaque chose nécessaire une partie de son temps : c’est ainsi qu’il agit pour s’assurer le vivre, pour le sommeil et pour autres choses similaires. Pour cela l’homme selon l’impératif de la raison naturelle doit consacrer aussi du temps au réconfort spirituel, nourrissant sa propre âme de Dieu. Voici par conséquent que l’application d’une partie de son temps à s’occuper des choses divines constitue un précepte moral.

 Mais la détermination d’un jour particulier, en souvenir de la création du monde, fait de ce commandement un précepte cérémonial (droit positif) » (Somme théologique, II-II, 122, 4, ad 1).

4. Si tu ne sanctifies pas la fête, il te manquera le réconfort spirituel, parce que tu ne nourris pas ton âme de Dieu.

Il y a implicitement une attitude beaucoup condescendante à ne pas sanctifier la fête, à ne pas aller à la messe.

C’est comme dire : je me suffis à moi-même. Je n’ai pas besoin de me nourrir de Dieu.

Et ainsi, volontairement, tu te prives de sa lumière.

 Tu te prives de son sacrifice qui est très précieux. À ce sujet sais-tu que durant la messe, le sacrifice de Jésus sur la Croix est rendu présent sur l’autel au bénéfice des fidèles ?

Tu te prives de sa présence qui, quand elle est accueillie dans une âme en grâce est très suave.

Qui vit la communion avec Jésus-Christ ne peut se passer du dimanche et de la messe.

5. D’autre part, à la messe vont aussi certains (pas certainement eux-tous) mafieux que t’importe ?

Dois-tu te priver du Christ parce qu’ils y sont eux-aussi ?

 Le même discours est valable pour qui ne socialise pas.

Les défauts ou les imperfections des autres constituent-ils un motif suffisant pour dire que tu n’as pas besoin de sanctifier les fêtes ?

6. Toujours au sujet de la messe, tu as fait une autre affirmation : Beaucoup vont à la messe seulement parce qu’ils se sentent pécheurs et ce n’est pas bon.

D’une chose, je suis certain que si tu allais à la messe régulièrement comme Dieu le commande, tu serais plus bienveillant envers les autres

Outre le fait que le motif pour aller à la messe n’est pas celui de se sentir pécheurs, mais de nourrir sa propre âme de Dieu, il y a néanmoins à se demander : est-ce incorrect de se sentir pécheurs ?

N’est-ce pas la condition pour nous sentir plus humbles envers Dieu et tout le monde ?

7. Tu vois : en allant à la messe, en nous rassasiant de Dieu et en nous laissant illuminer par sa lumière, nous gardons bien en éveil les limites du bien et du mal.

En restant loin de Dieu s’évanouit le sens du péché.

 Peut-être que parmi ceux qui ne vont pas à la messe, il y a quelqu’un qui se surprend d’apprendre que négliger la Messe sans un motif grave est un péché grave, pour lequel est nécessaire la confession.

On se surprend parce qu’on a oublié quel est le but vers lequel on doit diriger tous les efforts de son esprit.  

8. Une dernière chose entre parenthèses : tu dis que, à toi, semble hypocrite celui qui ne mange pas de la viande le vendredi, mais la mange si le vendredi est un jour férié.  

Pourquoi hypocrite ?

Bien sûr, si quelqu’un ne connaît pas le sens de la fête, le sens du vendredi pourra lui apparaître aussi hypocrite.

Toutefois, au lieu de porter un jugement, il serait infiniment mieux de s’informer sur cette pratique pour mieux vivre le mystère du Christ dans sa propre vie.

Vivre le mystère du Christ dans sa propre vie !

Sais-tu ce que cela signifie ?

Sais-tu ce que signifie mystère ?

Sais-tu ce qu’est le mystère du Christ ?

Sais-tu ce que signifie le vivre dans sa propre vie ?

Si tu le savais, tu ne dirais pas qu’est hypocrite qui fait abstinence les vendredis de l’année, à l’exception du vendredi qui coïncide avec une fête.

Avec l’espoir de t’avoir donné quelques idées de réflexion pour que notre site soit aussi une panacée pour toi (je te remercie vivement pour cette appréciation), je te souhaite de grand cœur toutes sortes de bonnes choses, je prierai volontiers pour toi le Seigneur et je te bénis.

Père Angelo

Questo articolo è disponibile anche in: Italien Anglais Français Allemand